Logo du SCFP

Des syndiqués de Regina défendent leur régime de retraite

le 5 janvier 2011 2 h 07
 

 

Le SCFP et d’autres groupes représentant les employés du Régime de retraite municipal de Regina ont envoyé un message sans équivoque au conseil municipal en votant en faveur d’une hausse du taux de cotisation.

À l’assemblée tenue le mois dernier, 12 des 15 syndicats et associations ont voté en faveur de l’augmentation du taux. Deux des trois groupes en désaccord représentent des cadres municipaux.

« Le vote montre clairement que les membres sont prêts à passer à l’action et à payer plus pour protéger leur régime de retraite à prestations déterminées, affirme Lorne Chow, président de la section locale 7 du SCFP, qui représente les cols blancs de Regina.  Et ils veulent que le conseil municipal en fasse autant. »

Le Régime de retraite municipal de Regina, comme beaucoup de régimes à prestations déterminées du pays, est aux prises avec un important manque à gagner, dû en grande partie à la crise financière de 2008 et à la diminution des attentes en matière de rendement des investissements.

Les employeurs du régime – qui incluent la Ville de Regina, l’hôpital, la bibliothèque publique et le conseil scolaire – veulent réduire le déficit en remplaçant le régime actuel par un autre d’une qualité immensément inférieure.

Mais la proposition des employeurs ne suscite pas beaucoup d’appui chez les 3900 participants du régime, dont plus des deux tiers sont membres du SCFP.

« Si nous perdons ces avantages, nous ne les reverrons jamais plus, croit John Gangl, membre de la section locale 21 du SCFP, qui représente les cols bleus de Regina à la table du régime de retraite.  C’est pour cela que les membres sont prêts à payer plus pour protéger leur régime. »

Avec les hausses de cotisations recommandées par l’actuaire du régime, les taux passeront à  12,38 pour cent des gains, tant pour les employés et que pour les employeurs, jusqu’à concurrence du maximum des gains annuels ouvrant droit à pension (MGAP) et à 18,34 pour cent pour les gains excédant le MGAP.

« Ce sera difficile, parce que beaucoup de mes collègues ne comptent que sur un seul revenu et doivent étirer au maximum leur chèque de paie, souligne Janet Craig, qui représente les membres de la section locale 1594 du SCFP à la bibliothèque publique de Regina.  Mais elles ne pourront compter que sur les prestations du régime à leur retraite et elles sont bien décidées à les protéger. »

Même si les employeurs se plaignent que les hausses de taux exigées représentent « un fardeau inacceptable », les syndicats municipaux suggèrent au conseil municipal de considérer cette augmentation comme un investissement dans la main-d’œuvre municipale.

« Si le conseil municipal peut trouver de l’argent pour offrir à Mosaic – qui a réalisé des profits de 2,35 milliards de dollars l’an dernier – une exemption fiscale de 1,6 million de dollars parce qu’elle importe 150 emplois ici, il peut trouver de l’argent pour appuyer près de 4 000 employés qui ont été au service de notre communauté toute leur vie », fait remarquer Aina Kagis, conseillère syndicale du SCFP.