Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO – Les modifications proposées lundi au projet de nouveau régime de retraite de la province de l’Ontario (RRPO) trahissent la promesse qu’avaient faite les libéraux de « construire un régime de retraite pour tous les Ontariens ». Ces propositions pourraient même menacer l’expansion du Régime de pensions du Canada (RPC), a déclaré le président du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Fred Hahn.

« Le SCFP-Ontario s’est toujours positionné en faveur d’une meilleure couverture de retraite pour tous les Canadiens. Or, les changements annoncés lundi nous disent que le gouvernement libéral a trahi sa promesse d’assurer la sécurité du revenu de retraite pour la prochaine génération. Au lieu de créer un système véritablement universel qui pourrait éventuellement déboucher sur une expansion du RPC, l’annonce de lundi exclut encore plus d’Ontariens. Comment ce plan pourra-t-il un jour paver la voie à un élargissement du RPC si la majorité des travailleurs de l’Ontario n’y participent même pas ?», déplore et questionne Fred Hahn.

Le gouvernement libéral a annoncé qu’il retardera l’entrée en vigueur du nouveau RRPO et que ce nouveau régime de retraite sera lancé de manière graduelle, en débutant par les grands employeurs, à compter de 2017. Les employeurs offrant des régimes de retraite « comparables » seront exemptés de participer au nouveau régime. Et dans la liste des régimes soi-disant régimes comparables, le gouvernement inclut désormais les régimes à cotisations définies au sein desquels les cotisations combinées de l’employé et de l’employeur totalisent au moins 8 pour cent.

« Les régimes à cotisations déterminées, comme les REER, comportent des frais de service plus élevés en plus de rendre les travailleurs vulnérables aux caprices et soubresauts des marchés. En bout de ligne, ces régimes fournissent donc moins de sécurité de revenu à la retraite », a déclaré Hahn.

« Les  Ontariens qui bénéficient uniquement de ce type de régime ont besoin de l’élargissement d’un régime de retraite public à prestations définies, comme le RPC. En excluant un grand nombre d’Ontariens du RRPO, la première ministre Wynne créé un dangereux précédent alors que nous sommes en campagne électorale fédérale. »

Les conservateurs de Stephen Harper se sont opposés à une expansion globale du RPC. Et dans les médias, de récents reportages révélaient que le chef libéral fédéral Justin Trudeau était favorable à une expansion du RPC du même « type que Kathleen Wynne met de l’avant en Ontario ». Parmi les trois principaux partis, seul Tom Mulcair et le NPD se sont engagés à l’expansion universelle du RPC.

« L’annonce faite lundi par les libéraux ontariens reporte aussi à plus tard, pour un grand nombre de faibles salariés, la possibilité de profiter d’un régime de retraite. Ces gens travaillent majoritairement au sein de PME. Ce sont exactement ces travailleurs qui ont besoin d’un régime de retraite public élargi, mais la première ministre remet leur accès à plus tard », souligne Hahn,

Le SCFP-Ontario soutient que la meilleure voie pour rehausser la sécurité de la retraite passe par un vrai régime de pension universel à prestations définies, comme RPC. Dans cet esprit, le SCFP-Ontario demande donc au gouvernement Wynne de reporter après les élections fédérales du 19 octobre toute nouvelle initiative concernant le RRPO.

« La stratégie la plus intelligente à adopter est de remettre la mise en œuvre du RRPO après l’élection. Je suis confiant que les Canadiens voteront pour un changement réel en portant Tom Mulcair et le NPD au pouvoir. Le NPD a promis la sécurité de la retraite pour tous les Canadiens, notamment en améliorant le RPC, qui est un régime universel à prestations définies. Cette approche est de loin préférable à celle de Justin Trudeau, qui serait susceptible de reproduire les erreurs de Kathleen Wynne. Quant au gouvernement Harper, il a réduit les pensions pour tous les aînés canadiens et il refuse de bonifier le RPC », explique Fred Hahn.

Le SCFP est le principal syndicat de la communauté ontarienne, avec plus de 250 000 membres qui fournissent à la population des services publics fiables et de grande qualité, tous les jours, partout à travers la province. Les membres du SCFP de l’Ontario sont fiers d’oeuvrer dans les domaines des services sociaux, des soins de santé, dans les municipalités, au sein des conseils scolaires, des universités et des compagnies aériennes.

Pour obtenir plus d’informations, veuillez contacter :

Craig Saunders
Service des communications du SCFP
 416-576-7316