Justice for Migrant Workers banner

« Cinquante ans d’injustice, ça suffit » : c’est le cri de ralliement qu’ont fait résonner les militants de Justicia for Migrant Workers (J4MW) sur la colline du Parlement. Ce groupe de défense lance sa campagne historique « Harvesting Freedom » (soit « Récolter la liberté ») le 25 janvier 2016.

Cette campagne demande au premier ministre Justin Trudeau d’accorder le statut d’immigrant aux ouvriers agricoles migrants dès leur arrivée au pays, au lieu de les laisser vulnérables aux pratiques abusives. Menée tout au long de l’année, la campagne « Harvesting Freedom » qui commence aujourd’hui prévoit un pèlerinage qui aboutira à Ottawa le 2 octobre 2016.

Après une conférence de presse sur la colline du Parlement, des travailleurs migrants se sont rendus au bureau du premier ministre pour lui demander d’appuyer l’appel à agir de J4MW. « Le statut d’immigrant est la seule solution aux injustices auxquelles sont confrontés les travailleurs migrants au quotidien, a déclaré Ricky Joseph, ouvrier agricole migrant originaire des Caraïbes. Nous craignons la déportation si nous défendons nos droits. Nous réclamons simplement un traitement équitable pour tous les travailleurs, quels qu’ils soient. »

Le Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS) est un programme de migration de la main-d’œuvre qui fait venir au pays, chaque année, environ 30 000 migrants des Caraïbes et du Mexique pour travailler dans les champs canadiens. Ces travailleurs migrants doivent composer avec plusieurs difficultés au pays, dont : un permis de travail qui les lie à un seul employeur; la menace constante de déportation de la part de l’employeur; et l’inaccessibilité du statut de résident permanent, peu importe le nombre d’années d’emploi au Canada.

« Les travailleurs à faible revenu qui, comme moi, entrent au Canada par le biais du Programme des travailleurs étrangers temporaires, du PTAS ou du Programme d’aides familiaux résidants sont liés, par leur permis de travail, à un seul employeur, explique Gina, travailleuse étrangère temporaire des Philippines, employée dans une serre ontarienne. Par conséquent, on nous maltraite; on nous exploite; on nous sépare de nos proches. J’ai vu de nombreux travailleurs migrants se faire exploiter sans pouvoir se défendre, de peur d’être déporté et de perdre leur emploi. »

« Nous organiserons des actions d’éclat à travers le pays pour souligner le mouvement de résistance qu’ont monté les ouvriers agricoles migrants pour contrer l’exploitation dont ils font l’objet en raison des politiques inhumaines de l’immigration », explique Tzazná Miranda Leal, organisatrice chez J4MW.

J4MW est un groupe de défense populaire basé à Toronto, Vancouver et Mexico. Il est formé de travailleurs migrants et de leurs alliés. Nous militons pour l’amélioration des droits et des protections accordés aux travailleurs dans le cadre du Programme de travailleurs étrangers temporaires du Canada, y compris les travailleurs migrants employés en vertu du Programme de travailleurs agricoles saisonniers.

Plus d’info sur la campagne Harvesting Freedom (en anglais seulement)