QUÉBEC, QC - Si le maire Labeaume avait des doutes quant à la participation des employés municipaux de Québec au mouvement contre le projet de loi 3, il vient d’avoir l’heure juste. Près de 2000 employés syndiqués de Québec, cols blancs, cols bleus, pompiers et policiers se sont rassemblés pour manifester aux abords de l’hôtel de ville.

Les employés municipaux ne décolèrent pas. Une fois de plus, ils descendent dans la rue pour dénoncer cet outrage aux droits fondamentaux qu’est le projet de loi 3. Bien entendu, des membres représentant la coalition syndicale contre le projet de loi 3 sont venus appuyer leurs collègues de Québec, mais la très grande majorité des personnes présentes sont de Québec. De la part des syndicats de Québec, la manifestation se voulait également un appui sans équivoque à la Coalition syndicale pour la libre négociation, dont les quatre syndicats sont membres.

Plusieurs employés retraités de la Ville de Québec ont aussi participé à l’événement.

C’est conjointement que le Syndicat des employés(es) manuels de la Ville de Québec (SCFP 1638), du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec SFMQ (FISA), de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec (FPPVQ) et l’Association des pompiers professionnels de Québec (APPQ) ont organisé cette mobilisation. Pour ce faire, 32 d’autobus avaient été nolisés par les syndicats pour transporter leurs membres à la manifestation dès la fin de leur quart de travail, ainsi que les participants des régimes de retraite de la Ville.

Les présidents de quatre organisations syndicales, Daniel Simard, Jean Gagnon, Marc Richard et Éric Gosselin sont unanimes à dénoncer non seulement le tort que le projet de loi 3 cause à leurs membres, mais aussi les séquelles qu’il laissera dans les relations de travail.

« Le projet de loi 3 est abusif! Le projet de loi 3 est arbitraire, ont martelé les quatre présidents à la foule. Ce projet de loi remet en cause le fondement même du principe de négociation entre employés et employeurs. C’est le non-respect des contrats signés et du droit à la négociation protégé par la Charte des droits et libertés. Le projet de loi 3 c’est un coup fourré! Le message que les élus doivent retenir c’est celui-ci: la prochaine fois que vous allez négocier, qui va vouloir vous faire confiance ? », ont-ils conclu.

Signalons que la manifestation des employés municipaux de Québec s’est déroulée au même moment que se tenait la réunion du conseil municipal de la Ville de Québec.

Renseignements :
Carl Langelier 418 802-5669 pour Jean Gagnon, président SFMQ (FISA)
Éric Gosselin, président APPQ, 418 573-3235
Daniel Simard, président SCFP 1638, 418 933-1943
Marc Richard, président FPPVQ, 418 683-8558