Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Acheter des repas industriels quand les patients ont besoin de repas nutritifs et fraîchement cuisinés pour guérir?

HAMILTON, ON – On peut difficilement nier que le meilleur, pour un patient en convalescence, c’est de pouvoir manger des repas frais et nutritifs composés d’ingrédients locaux et préparés dans les cuisines de l’hôpital. Or, l’hôpital Hamilton Health Sciences (HHS) a l’intention de fermer ses cuisines et d’acheter des repas congelés de type plateau-télé à une usine qui se trouve près de Toronto.

« C’est le mauvais choix, affirme le président de la section locale 7800 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Dave Murphy. Si l’hôpital dit prioriser la qualité des soins et le rétablissement des patients, pourquoi achèterait-il des repas industriels qu’il devra faire venir par camion le long de l’autoroute Queen Elizabeth? Non seulement ce n’est pas dans l’intérêt des patients, mais ce n’est pas dans l’intérêt de l’économie de Hamilton. » Le SCFP 7800 représente près de 4 000 employés du HHS.

Le lundi 25 mai 2015 à 10 h 30, le SCFP 7800 tiendra une conférence de presse à l’extérieur de l’Hôpital général de Hamilton (à l’angle de Victoria et de Barton) pour annoncer le lancement d’une campagne communautaire visant à servir de la nourriture locale aux patients du HHS.

Le conseil d’administration du HHS se prononcera à la fin juin sur l’octroi d’un contrat de dix ans à une multinationale qui préparera les repas des patients dans son usine et qui les acheminera à Hamilton par camion.

« Le contrat n’est pas encore signé, souligne M. Murphy. Nous croyons que la population sera en désaccord avec l’hôpital lorsqu’elle saura ce que trame celui-ci. Ce contrat est nuisible aux patients comme à l’économie de Hamilton. D’après nous, les citoyens préféreront que nos hôpitaux favorisent la fraîcheur, soit l’achat de viandes, de fruits et de légumes produits dans la région et préparés dans les cuisines des hôpitaux. »

Pour en savoir plus, contactez :         



Stella Yeadon

Service des communications du SCFP
 416-559-9300