Logo du SCFP

Le Conseil ordonne au Welfare Rights Centre de réintégrer ses « loyales employées »

le 18 février 2011 11 h 35
 
Le Conseil ordonne au Welfare Rights Centre de réintégrer ses « loyales employées » - image 0


REGINA, SASK. – Hier, le Conseil des relations de travail a jugé que deux employées de longue date du Welfare Rights Centre congédiées l’été dernier pour s’être syndiquées devront être réintégrées à leur poste et recevoir compensation pour leurs pertes financières de leur employeur.

Cette décision survient quelques jours avant la fermeture prévue du centre. Le Conseil a déterminé que la décision de congédier Pam Belanger et Lea Bage était motivée par de l’antisyndicalisme plutôt que par une question d’assurance, comme le prétendait la direction.

Mesdames Belanger et Bage appartenaient toutes deux à l’exécutif et au comité de négociation de leur nouvelle section syndicale.

Le syndicat soutenait que leur congédiement visait à intimider le personnel qui venait de se joindre au SCFP.

Le Conseil des relations de travail lui a donné raison. « Dans ce contexte, affirme son président Ken Love dans la décision, le congédiement des deux employées envoyait un très fort message. Selon nous, le moment choisi et le contexte auquel faisait face le syndicat qui cherchait à négocier au nom des employés du Centre laissent croire que ces congédiements procédaient d’une intention antisyndicale. »

M. Love a écarté la prétention de l’employeur disant qu’il avait congédié Mmes Belanger et Bage parce qu’elles n’étaient pas cautionnables. Il y voit une « échappatoire » qui « fait fi des années de loyaux services de ces deux employées, au sujet desquelles il n’y a jamais eu de problème d’assurance. »

« Le conseil a fait ressortir la vérité, j’en suis très heureuse, a déclaré Mme Bage. J’espère que le gouvernement fera un pas de plus et gardera le centre ouvert. »

Le Welfare Rights Centre de Regina défend et soutient les citoyens à faible revenu depuis plus de 35 ans. À la fin de l’an dernier, la ministre des Services sociaux a annoncé qu’elle comptait mettre un terme au financement du centre le 25 février.

Des militants ont mis sur pied un nouveau groupe, les Friends of the Welfare Rights Centre, afin de fournir les mêmes services lorsque le centre fermera, mais le gouvernement provincial a ignoré leurs nombreuses demandes de rencontre jusqu’à ce jour.

Pour en savoir plus :

• Visitez la page facebook Support the Welfare Rights Centre Workers.

Contactez Guy Marsden, représentant national du SCFP, au 306-525-5874.