Créer des contacts avec les membres, bâtir un syndicat plus inclusif, assurer la santé et la sécurité dans les milieux de travail et lutter contre la privatisation : c’est sur ces thèmes qu’ont porté les discussions sur le document d’orientation stratégique de mercredi avant-midi.

Les délégués ont repris le débat sur le plan du SCFP pour les deux prochaines années en discutant de l’importance du militantisme en santé et en sécurité.

Sharon Richer, vice-présidente de la section locale 1623 du SCFP, a parlé de l’urgence d’agir en faveur des travailleurs de la santé victimes d’agressions au travail.

« La violence ne fait pas partie de notre travail. Nous avons tous droit à un milieu de travail sûr et exempt de violence », a affirmé Mme Richer.

Le document d’orientation stratégique propose que 2016 soit consacrée à la santé et à la sécurité. Dolores Douglas, membre de la section locale 2669 du SCFP et coprésidente du Comité national sur la santé et la sécurité, croit que le plan redynamisera le SCFP et qu’il est une excellente façon d’établir des contacts avec les membres, en particulier avec les travailleurs précaires.

La lutte contre la privatisation a été un autre point central du débat et les délégués ont fait appel à la solidarité entre tous les secteurs et à l’allocation de ressources ciblées pour les sections locales menacées.

Barb Biley, membre de la section locale 6179 du SCFP et du Syndicat des employés d’hôpitaux, a rappelé aux délégués qu’il a été important de pouvoir mobiliser rapidement  les travailleurs de tous les secteurs pour lutter contre la sous-traitance à un foyer pour personnes âgées.   Elle a ajouté que pour gagner ces batailles, il est essentiel d’accroître la capacité des membres à riposter et de faire participer tous les travailleurs d’une région.

Kirk Mercer, de la section locale 951 du SCFP, et Randy Fennell, de la section locale 728 du SCFP, ont tous deux souligné que des stages d’apprentissage dans les métiers spécialisés sont une autre façon de défendre les services publics contre la sous-traitance.  Ils ont demandé du soutien pour maintenir et élargir les programmes de stages partout au pays.

Les délégués ont discuté de la nécessité de poursuivre la campagne d’organisation de membre à membre grâce au programme « Un monde plus juste » et de créer des liens avec les jeunes membres en précarité d’emploi.  Nous pourrons ainsi bâtir un syndicat vraiment inclusif et diversifié.

Un effectif dont les liens sont tissés serré est une force puissante. « Nous devons pouvoir agir d’un commun accord lorsque nous menons des campagnes ou que nous nous mobilisons en faveur du changement », a déclaré David Kidd, de la section locale 79 du SCFP.