Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

St. John’s – Le président du SCFP-T.-N.-L., Wayne Lucas, se réjouit de l’appel qu’a lancé le Québec, cette semaine, aux autres provinces, tout particulièrement celles de l’Atlantique, les invitant à appuyer sa requête de modifications immédiates aux réformes du gouvernement Harper dans l’assurance-emploi.

Selon M. Lucas, ces réformes ont suscité un grand vent de protestation contre Ottawa depuis le printemps dernier.

« L’appel à l’action du Québec fait suite aux travaux d’un comité provincial, explique-t-il. Celui-ci a conclu que les nouvelles règles d’AE ont eu des effets dévastateurs sur les chômeurs, tout particulièrement les femmes et les travailleurs saisonniers. » La loi C-38 de Stephen Harper a chamboulé le fonctionnement de l’assurance emploi pour favoriser les employeurs offrant des emplois à bas salaire. Les modifications touchent tous les prestataires réguliers de l’AE, dont les pêcheurs et autres détenteurs d’emplois saisonniers.

« Déjà, au Canada, moins de 40 pour cent des chômeurs ont droit à des prestations d’assurance-emploi, même s’ils ne sont pas en tort dans leur congédiement », souligne M. Lucas. En conclusion, il affirme espérer que le gouvernement Dunderdale répondra à l’appel du Québec et qu’il exigera lui aussi l’annulation des modifications à l’AE.


Pour en savoir plus, contactez :

Wayne Lucas
Président du SCFP-T.-N.-L.
(709) 727-2509 (cell.)

John McCracken
Conseiller du SCFP en communications
(902) 880-8057 (cell.)