Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO, Ont. – L’Ontario a besoin d’infrastructures fortes et stables. Or, le gouvernement a annoncé aujourd’hui qu’il allait récrire les règles pour favoriser les partenariats public-privé PPP. Il s’agit d’une erreur, selon Fred Hahn, président de la branche ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario).

« C’est affligeant de voir les Libéraux adopter les PPP, de vrais désastres, lance M. Hahn. Le PPP est la pire manière d’équilibrer l’économie : le trésor public paye, le secteur privé empoche. Les Libéraux auraient dû retenir la leçon, après les coûts effarants de la privatisation avortée des centrales au gaz, du service d’ambulance aérienne Ornge et du contrat de 3,5 milliards de dollars pour l’hôpital de Brampton. »

Les effets des PPP sur la sécurité, la responsabilité et les finances publiques sont bien établis.

Pour maintenir une économie juste et équilibrée, il faut consacrer aux infrastructures publiques un financement stable et à long terme, en plus de rehausser l’impôt des sociétés, que les Libéraux ont réduit à son plus bas niveau depuis la Grande Dépression, et d’investir dans les services publics pour stimuler la croissance économique.

« Il est encourageant d’entendre le gouvernement admettre enfin qu’on ne peut pas retrouver la prospérité à coup de compressions, ajoute M. Hahn. Or, ce gouvernement n’a pas encore réparé les coupes qu’il a infligées aux services publics. Et il n’a pas encore équilibré la génération des revenus pour la rendre équitable. »

Une tranche d’un million de dollars en réduction de l’impôt des sociétés génère seulement 0,4 million de dollars en croissance du PIB et environ trois emplois. L’investissement dans l’éducation, les infrastructures publiques, la santé, les services sociaux et les garderies peut faire grimper le PIB et l’emploi exponentiellement. Par exemple, un investissement d’un million de dollars dans les garderies publiques fait croître le PIB d’environ 2,3 millions de dollars et crée 40 emplois.

« Nous encourageons les Libéraux à investir dans les services publics qui soutiennent les collectivités ontariennes, qui offrent de bons emplois et qui bâtissent notre économie, conclut M. Hahn. S’ils croient sincèrement en l’équilibre et l’équité, leurs investissements devraient aller de pair avec leurs discours. »

Le SCFP est le syndicat communautaire de l’Ontario. Ses membres fournissent les services publics de qualité sur lesquels nous comptons tous quotidiennement. Les membres du SCFP-Ontario sont fiers de travailler dans les services sociaux et la santé, ainsi que pour les municipalités, les conseils scolaires, les universités et les transporteurs aériens.

  

Pur en savoir plus ou pour demander une entrevue, contactez :

Craig Saunders
Service des communications du SCFP
416-576-7316
csaunders@cupe.ca