Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Waterloo, ON – La campagne « Raise the Rates » (haussez les prestations) en a marre de la pauvreté croissante et de l’immobilisme du gouvernement. Aujourd’hui, elle s’est rendue à l’édifice d’Ontario au travail et de l’agence régionale de la santé, rue Regina, à Waterloo.

 

« La pauvreté gagne du terrain en Ontario et les politiques du gouvernement empirent les choses, soutient Carrie Lynn Poole-Cotnam, présidente du comité de coordination des employés des services sociaux de la branche ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario). Il faut augmenter les prestations d’aide sociale de 55 pour cent, uniquement pour les ramener à ce qu’elles étaient avant les coupes du gouvernement Harris. Les Libéraux ne se contentent pas de laisser les gens dans la pauvreté; ils les empêchent de s’en sortir en éliminant des programmes d’aide comme la Prestation pour l’établissement d’un nouveau domicile et le maintien dans la collectivité (PENDMC). »

 

Le SCFP-Ontario, l’AFPC-Ontario et plusieurs organismes de lutte contre la pauvreté animent la campagne « Raise the Rates ». Le rassemblement d’aujourd’hui, à Waterloo, s’inscrivait dans le cadre d’une semaine d’actions à travers la province pour exiger : une hausse immédiate des prestations d’aide sociale de 55 pour cent; le rétablissement de la PENDMC; la séparation d’Ontario au travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées; et une hausse du salaire minimum à 14 dollars.

 

Cette semaine d’actions culminera samedi, à Sudbury, avec une « convergence » provinciale.

 

« Partout en Ontario, les gens en ont assez, poursuit Mme Poole-Cotnam. Il y a eu d’innombrables consultations; le gouvernement parle de pauvreté depuis des années. La première ministre Wynne doit maintenant agir pour aider le million et demi d’Ontariens qui peinent à boucler leur budget avec des prestations d’aide sociale qui stagnent ou des emplois de plus en plus précaires à un salaire minimum qui ne permet pas d’atteindre le seuil de la pauvreté. Autrement, tout ce que cette “première ministre de la consultation” laissera aux Ontariens, c’est un appauvrissement plus grand. »

 

Les organismes de lutte contre la pauvreté boycottent les dernières consultations sur l’aide sociale du gouvernement Wynne. Cette ronde de consultations fait suite à celle de l’an dernier, qui a donné naissance au rapport Lankin-Sheikh.

 

« Le programme d’austérité du présent gouvernement a des effets dévastateurs sur les Ontariens qui vivent dans la pauvreté, explique Shannon Balla, porte-parole de l’organisme de lutte contre la pauvreté Poverty Makes Us Sick de Kitchener-Waterloo. Nous refusons de participer à une autre ronde de consultations, ce qui constituerait un geste de collusion avec les mensonges d’un gouvernement qui prétend vouloir réduire la pauvreté. La vérité est toute simple : ils retirent aux pauvres des programmes d’aide essentiels et les laissent s’enfoncer plus profondément. Cessons de discuter : il est temps d’agir et de lutter contre la pauvreté. »

 

Le SCFP est le syndicat communautaire de l’Ontario. Ses membres fournissent les services publics de qualité dont nous dépendons quotidiennement, partout en Ontario. Les membres du SCFP-Ontario sont fiers de travailler dans les services sociaux, les soins de santé, les municipalités, les conseils scolaires, les universités et les transporteurs aériens.

 

 

Pour en savoir plus, contactez :

Craig Saunders, service des communications du SCFP
416-576-7317; csaunders@cupe.ca