Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

PEMBROKE – Le syndicat qui représente les travailleurs venant en aide à 150 adultes ayant une déficience intellectuelle chez Community Living Upper Ottawa Valley (CLUOV) rencontrera l’employeur en médiation le mercredi 16 octobre.

Les 76 agents d’aide aux personnes ayant une déficience intellectuelle de cette association tentent de conclure leur première convention collective depuis 2011, date à laquelle ils se sont affiliés au SCFP.

« Se joindre au SCFP il y a deux ans, c’était l’étape la plus facile, raconte la présidente du SCFP 5088, Jennette Surnoskie, qui est aussi agente d’aide chez CLUOV; négocier notre première convention collective s’est avéré nettement plus ardue, et nous n’y sommes pas encore arrivés. Nos membres ne veulent pas perturber les services de leur clientèle vulnérable, mais l’employeur doit collaborer et négocier une première convention équitable. »

Le ministère ontarien des Services sociaux et communautaires a imposé de graves compressions budgétaires aux organismes de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle comme CLUOV. Or, le salaire des membres du SCFP 5088 est gelé depuis cinq ans, et ceux-ci croient qu’ils ont déjà amplement contribué à assainir les finances de leur employeur.

Qui plus est, les dirigeants syndicaux ont fait la preuve que les conditions de travail ont une influence directe sur la qualité des services offerts chez CLUOV :

  • Avec de meilleures conditions de travail, on réduit le roulement de personnel, ce qui accroît la continuité des soins.
  • Avec des congés de maladie adéquats, les employés ne propagent pas des maladies parmi les prestataires.
  • En remplaçant les employés malades ou en formation, on s’assure que les employés ont assez de temps pour amener les prestataires faire des courses, participer à des programmes, rencontrer des amis ou aller voir le médecin et le physiothérapeute.

Les parties se sont entendues sur certains aspects, mais il reste d’importants points litigieux. En août, le comité de négociation du SCFP 5088 a demandé un vote de grève en guise de geste de solidarité. Il a récolté 96 pour cent des voix. Le syndicat sera en position de déclencher la grève le 17 octobre à minuit une.

Les membres du SCFP 5088 sont reconnaissants de l’appui des amis et des parents des prestataires. « Notre communauté est tissée serrée, explique Mme Surnoskie. Les familles nous ont beaucoup aidés à plaider notre cause devant les dirigeants et les administrateurs de CLUOV. »

« Nos offres protègent la qualité des services et du soutien, conclut-elle. L’employeur n’a pas besoin de voir en nous un adversaire. Nous sommes prêts à collaborer avec lui pour demander au gouvernement provincial de financer adéquatement les services, parce que nos prestataires méritent mieux. »

 -

Pour en savoir plus, contactez : 

Jennette Surnoskie
Présidente de la section locale 5088 du SCFP
613-717-4914

Cathy Donnelly
Conseillère nationale du SCFP
613-735-3500

Mary Unan
Service des communications du SCFP
 905-739-3999