Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

EDMONTON Un syndicat représentant les travailleurs en soins à domicile exhorte la première ministre albertaine Alison Redford à reculer sur sa décision de privatiser ces services à travers la province.

La présidente du SCFP-Alberta, Marle Roberts, a lancé cet appel après la publication d’un rapport confidentiel faisant état d’un manque de transparence dans la procédure d’appel d’offres, de délais serrés et d’allégations selon lesquelles certaines entreprises auraient influencé directement la première ministre.

« Nous ne sommes pas surpris qu’il y ait eu vice de procédure, explique Mme Roberts. Habituellement, quand le gouvernement instaure des changements dont personne ne veut, il y a anguille sous roche. »

Le syndicat de Mme Roberts a sonné l’alerte dans le dossier de la privatisation des soins à domicile. Dans bien des cas, les patients étaient satisfaits des services qu’ils recevaient; ces changements les bouleversent : « Certains de nos membres, comme les préposés aux soins à domicile du foyer Strathmore Lodge, se sont fait dire qu’ils pourraient obtenir un emploi auprès du nouveau sous-traitant s’ils acceptent un salaire inférieur, sans régime de retraite. »

« Il faut mettre tous ces changements à la poubelle, conclut Mme Roberts. Le gouvernement doit consulter les patients, les travailleurs et les familles, puis fournir un service dont veulent les prestataires, au lieu d’accorder les contrats aux amis du Parti conservateur. »


Contact :

Lou Arab
Conseillère en communications
 780-271-2722