Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

St. John’s – À l’approche de la réunion des premiers ministres à Niagara-on-the-Lake cette semaine, le président du SCFP-Terre-Neuve-et-Labrador, Wayne Lucas, a demandé par écrit à la première ministre Dunderdale d’y soulever les questions des compressions à l’AE, de l’escamotage du dossier du RPC et des dangers de l’AÉCG.

« Il faut jeter à la poubelle les modifications à l’AE apportées par le gouvernement Harper et se doter d’un meilleur régime d’AE qui s’adaptera aux besoins des travailleurs », affirme M. Lucas, tout en félicitant les premiers ministres des provinces atlantiques, qui ont exigé la suspension des compressions et mis sur pied un comité d’étude des modifications.

« Les Canadiens n’épargnent pas assez pour leur retraite, poursuit M. Lucas, et ce problème ne fera qu’empirer lorsque les prochaines générations prendront leur retraite. Nous en paierons le prix par la pauvreté, la souffrance inutile et un train de vie diminué. » M. Lucas presse Mme Dunderdale de collaborer avec ses homologues à la promotion de la bonification du Régime des pensions du Canada, au lieu d’ajouter des obstacles à ce projet.

À propos de l’Accord économique et commercial global (AÉCG), M. Lucas lance un avertissement : « Nous risquons réellement d’échanger nos précieux services publics et nos ressources naturelles, sans garantie de pouvoir être concurrentiels sur le marché européen. » Il ajoute que le SCFP s’inquiète de la hausse du prix des médicaments sous ordonnance qu’entraînera l’entrée en vigueur de l’AÉCG, ainsi que du pouvoir diminué des municipalités à encourager les biens et les services locaux. Il presse la première ministre d’insister pour que, dans ces négociations, on protège les intérêts de Terre-Neuve-et-Labrador.

M. Lucas conclut sa lettre en offrant au gouvernement son aide afin de faire avancer les priorités provinciales à l’échelon fédéral.

Les membres du SCFP-T.-N.-L. œuvrent dans les conseils scolaires, les municipalités, les universités, les centres de la petite enfance, les bibliothèques et les hôpitaux de la province. Ils fournissent d’importants services publics qui facilitent la vie de la population de Terre-Neuve-et-Labrador.