Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les professionnels des soins des animaux du Zoo de Toronto craignent que le changement continuel des plans pour transférer les éléphants du zoo à un sanctuaire pour animaux en Californie n’est pas dans l’intérêt supérieur d’Iringa, Toka et Thika. 

« Nous comprenons que le conseil d’administration du Zoo de Toronto votera demain au cours de la réunion du conseil, en faveur du transfert par terre,» dit Christine McKenzie, présidente de la section locale 1600 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP 1600), qui représente plus de 400 spécialistes des soins aux animaux, horticulteurs, gens de métier, personnel d’entretien, personnel d’administration et de relations publiques, exploitants de concessions et de manèges au plus grand zoo du Canada. 

Elle ajoute : « Le Zoo de Toronto et le Performing Animals Wildlife Sanctuary (PAWS) ont convenu que le transfert aérien serait plus avantageux pour les animaux. En fait, des modes aériens viables sont disponibles. Les professionnels des soins des animaux du Zoo de Toronto veulent savoir pourquoi les membres du conseil d’administration du zoo penchent maintenant en faveur d’un plan de transfert qu’ils reconnaissent comme n’étant pas idéal pour les éléphants. »  

Des documents préparés pour le conseil d’administration révèlent que le PAWS n’a pas respecté un certain nombre d’obligations, y compris l’obtention des permis et documents américains nécessaires, la fourniture de caisses de transport, un plan rigoureux de transport ainsi que la prestation de renseignements médicaux concernant la collection actuelle d’éléphants du PAWS

« Si, dès le départ, le dossier avait été géré par des professionnels tels que des gardiens et vétérinaires plutôt que par des politiciens et défenseurs des droits des animaux, les animaux auraient maintenant été transférés en toute sécurité, » précise Mme McKenzie. 

Elle ajoute : « Nous ne voulons pas que les éléphants s’en aillent, mais, s’ils doivent partir, ce déplacement devrait seulement être entrepris de la façon la plus sécuritaire possible pour les éléphants et vers une destination qui est sécuritaire pour eux. »

À la suite de la réunion du conseil de 14 h demain, Mme McKenzie et le vice-président de la section locale 1600 du SCFP seront disponibles pour s’adresser aux médias à l’extérieur de la pièce 2 de l’Hôtel de ville de Toronto. 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :  

Christine McKenzie, Présidente de la section locale 1600 du SCFP, 416-579-2873

Kevin Wilson, Communications du SCFP, 416-821-6641