Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le syndicat qui représente plus de 500 employés du conseil scolaire régional Chignecto-Central, en Nouvelle-Écosse, soutient que l’élimination de postes en première ligne aura des répercussions directes dans les classes et sur les élèves.

« Les coupes annoncées cette semaine se traduisent pour nous en six à huit personnes qui perdront leur emploi, explique Ron Davis, président de la section locale 3890 du SCFP. Si on ajoute les 31 postes d’enseignant qu’on a retranché, ces pertes d’emploi auront des répercussions directes dans les classes et sur la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves. »

« Soyons clairs, poursuit-il : nous croyons qu’une grosse partie du problème réside dans le fait que l’administration du conseil scolaire semble incapable d’éliminer des postes dans la haute direction, ou qu’elle n’en a pas envie. Elle n’a retranché qu’un poste et demi. C’est tout dire, non? »

Le conseil scolaire de Chignecto a annoncé cette semaine qu’il retranchait, en plus des postes de syndiqués SCFP, des postes d’enseignant à plein temps, des heures de personnel de bibliothèque, des autobus, des produits d’entretien et des activités de perfectionnement, en expliquant cette décision par un déficit budgétaire de 2,5 millions de dollars.

« La ministre de l’Éducation, Ramona Jennex, et tous les conseils scolaires de la province doivent réaliser qu’il y a quelque chose de fondamentalement vicié dans un processus budgétaire qui entraîne des réductions du personnel de première ligne dans nos écoles trois années de file », renchérit Wilfridine Crowdis, présidente du conseil des syndicats des conseils scolaires de la Nouvelle-Écosse (le Nova Scotia School Board Council of Unions ou NSSBCU).

« La ministre a tenté de mettre en place un moratoire sur les fermetures d’écoles; il est temps qu’elle fasse de même pour les réductions de personnel dans les écoles », conclut-elle.

Le NSSBCU négocie à l’échelon provincial au nom de sept sections locales scolaires du SCFP et de 3 700 travailleurs scolaires du SCFP à l’extérieur de Halifax.