Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Ottawa – Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), invité devant le Comité permanent des Finances pour discuter du projet de loi de mise en oeuvre du budget C-60, a mis en garde le gouvernement contre une dangereuse ingérence dans les affaires de la Société Radio-Canada (SRC).

« L’indépendance est l’un des principes fondamentaux de la radiodiffusion publique. Sans autonomie de gestion, nous ne parlons pas de diffuseur public, mais de diffuseur d’État. Le principe d’indépendance, le « arm’s length » existe à Radio-Canada pour que, justement, le diffuseur public ne devienne pas un outil de propagande entre les mains d’un gouvernement, et peu importe qui forme le gouvernement », a plaidé Denis Bolduc, secrétaire général du SCFP au Québec.

Denis Bolduc rappelle que la Loi sur la radiodiffusion protège explicitement l’indépendance de la SRC face au gouvernement et que les mécanismes de reddition des comptes pour la SRC sont déjà rigoureux et nombreux.

« La SRC doit se rapporter au ministre du Patrimoine, au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et au vérificateur général », a précisé Denis Bolduc.

C-60 modifiera le statut de la SRC et de 48 autres sociétés d’État en assujettissant les conditions de travail de leurs employés aux diktats du Conseil du Trésor.

« L’adoption de ces nouvelles dispositions viendrait en effet balayer des décennies de tradition démocratique canadienne et chambarder tout le régime des relations de travail au pays », a déploré le secrétaire général du SCFP s’exprimant au nom des 1800 travailleurs du Syndicat des employés de bureau et professionnels de la SRC (SCFP 675) et du Syndicat des techniciens et artisans du réseau français (STARF) de Radio-Canada.

Comptant plus de 111 000 membres au Québec, le SCFP représente quelque 8150 membres du secteur des communications au Québec. Le SCFP est de plus présent dans les secteurs suivants : les affaires municipales et sociales, l’éducation, l’énergie, les sociétés d’État et organismes publics, les transports aérien et urbain, le secteur mixte, ainsi que les universités.
  

Renseignements :

Lisa Djevahirdjian, Information SCFP, cell. 514 831-3815