Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le congrès annuel du SCFP-Terre-Neuve-et-Labrador s’est terminé hier à Grand Falls-Windsor, mais, avant de retourner à la maison, les syndiqués ont amassé près de 11 000 $ au profit d’un syndicat d’Amérique centrale.

« Nos délégués et nos sections locales ont tant apprécié l’exposé de notre invitée internationale Margarita Lopez, la présidente d’un syndicat colombien d’employés de services d’eau municipaux, qu’ils ont fait des dons pour un projet dans ce pays », explique Wayne Lucas, président du SCFP-T.-N.-L.

« Le syndicat de Mme Lopez combat la privatisation de l’eau municipale, dans un climat de corruption galopante et même de violence, poursuit-il. Or, nous avons appris que le SCFP-Nouvelle-Écosse soutient un projet là-bas. Les participants au congrès ont entendu Mme Lopez expliquer qu’elle doit se faire accompagner de gardes du corps dans ses déplacements. La Colombie est le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes. »

M. Lucas affirme que le SCFP-T.-N.-L. demandera au Fonds national Justice mondiale du SCFP d’ajouter une somme aux 11 000 $ amassés et qu’il tentera de faire équipe avec la Nouvelle-Écosse pour aider le syndicat colombien à protéger le caractère public de l’eau.