Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Quelques jours après une manifestation réunissant des milliers d’opposants aux compressions fédérales dans l’assurance-emploi, les premiers ministres des Provinces atlantiques demandent à Ottawa d’annuler les changements nuisibles à l’AE.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick David Alward, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse Darrell Dexter, le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard Robert Ghiz et la première ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Kathy Dunderdale ont fait cette demande aujourd’hui, à l’occasion d’une réunion des premiers ministres de l’Atlantique, en s’appuyant sur l’effet indésirable de ces changements sur l’économie régionale, fortement axée sur le travail saisonnier.

En vertu des nouvelles règles, les prestataires fréquents de l’AE doivent prouver qu’ils recherchent activement un emploi. Ils doivent aussi accepter un emploi à moins de 100 kilomètres de leur résidence, du moment qu’ils possèdent les compétences nécessaires et que la rémunération de cet emploi équivaut à au moins 70 pour cent de leur salaire précédent.

Le SCFP participe activement à la campagne de sensibilisation sur les effets des modifications à l’AE. Le syndicat a organisé des manifestations et des assemblées publiques d’information, en plus de rencontrer des politiciens.

Pour en savoir plus :http://atlantic.ctvnews.ca/atlantic-premiers-call-on-ottawa-to-suspend-ei-changes-1.1258361 (en anglais)