Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Sur son site Internet, le ministère de l’Éducation de la Colombie-Britannique se vante de « maintenir » le financement accordé au réseau scolaire sous forme de subventions de fonctionnement, mais il ne dit rien sur les 15,6 millions de $ destinés aux conseils scolaires.

Chaque année, le provincial met de côté une partie des subventions de fonctionnement des districts scolaires, pour la distribuer une fois connu le nombre final d’inscriptions dans chaque district. On appelle cette somme le fonds de retenue; cette année, il contient 26,3 millions de dollars. Normalement, cet argent supplémentaire est remis aux conseils scolaires; il reste donc dans le réseau et sert à financer les programmes scolaires. Or, cette année, le gouvernement a décidé d’utiliser une partie de cet argent, soit 15,6 millions, pour éponger son déficit budgétaire.

Le provincial a retiré 15,6 millions de dollars du fonds de retenue pour faire un « pré-versement » sur les Annual Facilities Grants (AFG) de l’an prochain. Le fonds AFG est destiné à l’entretien des bâtiments scolaires et des installations physiques; normalement, il est financé par des crédits ministériels distincts. Donc, au final, le réseau scolaire perd 15,6 millions de dollars qui devaient servir à financer les programmes. Cette somme ira diminuer les dépenses prévues pour l’année prochaine, et donc réduire le déficit provincial de l’an prochain de 15,6 millions de dollars.

John Malcolmson, chercheur à l’échelon national du SCFP, qualifie cette manœuvre de « dépossession, rien de moins ». Il ajoute que c’est ce genre de transaction en catimini « qui a graduellement enfoncé notre réseau public dans le gouffre creusé par le sous-financement chronique ».

Selon M. Malcolmson, « cette décision a été rendue publique uniquement dans les lettres adressées aux conseils scolaires et leur annonçant le montant préliminaire de leur subvention de fonctionnement pour l’an prochain ». Cette lettre signée du sous-ministre adjoint Keith Miller et datée du 14 mars présente la situation comme suit : « Une somme additionnelle de 26,3 millions de dollars est devenue disponible dans le fonds de retenue. Plus tard ce mois-ci, le ministère appliquera 15,6 millions de dollars tirés de ce fonds à un pré-versement des crédits 2013-2014 de l’AFG. »

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement libéral de la C.-B. se sert à même le fonds de retenue. En 2006-2007, 22 millions de dollars se sont volatilisés. À la fin de 2009, le ministère de l’Éducation, dans un geste unilatéral, a réduit de moitié le fonds des AFG. Le ministère encadre l’utilisation de cette subvention en précisant les dépenses admissibles, comme la réfection de toiture, mises à niveau des systèmes mécaniques, travaux d’électricité et de réseautique. Étrangement, « réduction du déficit provincial » ne figure pas sur cette liste.

« Ce détournement des crédits de fonctionnement survient alors que les conseils scolaires doivent retrancher des programmes et des services pour équilibrer leur propre budget, rappelle Bill Pegler, coordonnateur du secteur scolaire au SCFP-C.-B. Le provincial détourne l’argent des programmes scolaires pour réduire son déficit; c’est dire à quel point ce gouvernement ne comprend rien à la crise de financement qui sévit dans le réseau scolaire. »