Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Chères consœurs,
Chers confrères,

Chaque année, des collectivités de partout au Canada et de partout dans le monde célèbrent la Journée du rose pour renouveler une action positive afin de mettre fin à l’intimidation homophobe et transphobe.


Cette journée a vu le jour dans une école secondaire de la Nouvelle-Écosse en 2007, lorsque deux élèves hétérosexuels ont vu un élève gai être menacé et agacé parce qu’il portait une chemise rose à l’école. Les élèves sont intervenus, mais voulaient faire quelque chose de plus pour prévenir des actes futurs d’intimidation homophobe. Ils ont décidé d’acheter des chemises roses et, quelques jours plus tard, ils ont demandé à tous les élèves de venir à l’école vêtus de rose, dans un geste de solidarité. Le résultat a été très impressionnant – une école entière a mis fin à l’intimidation homophobe et transphobe. L’histoire s’est répandue comme une traînée de poudre et, maintenant, de nombreuses écoles et lieux de travail de partout dans le monde organisent des journées annuelles des chemises roses.

De telles actions positives aident à faire tomber les stéréotypes et à changer des attitudes sociétales au sujet de l’orientation et de l’identité sexuelles. Cependant, il y a encore beaucoup à faire pour éliminer la haine et la discrimination – à l’intérieur et à l’extérieur des frontières du Canada. Par exemple, il y a encore des endroits dans le monde où être ouvertement gai pourrait vous coûter la vie. Selon des données publiées récemment par une organisation internationale des droits des LGBTTI, les actes entre partenaires de même sexe sont un acte criminel dans plus de 80 pays différents, dont cinq utilisent la peine de mort. La pensée d’être tué ou emprisonné simplement en raison de la personne que vous fréquentez, ou que vous aimez, est difficile à comprendre, mais c’est la dure réalité à laquelle de nombreuses personnes gaies, lesbiennes et bisexuelles sont confrontées partout dans le monde.

Même au Canada où l’orientation et l’identité sexuelles sont considérées comme étant des droits de la personne, des problèmes d’intimidation et de harcèlement existent toujours. Un sondage récent sur l’homophobie et la transphobie dans les écoles canadiennes, effectué par EGALE Canada, une association de défense des LGBTTI, a révélé que 64 % des élèves LGBTTI ont mentionné se sentir en danger à l’école et 58 % des élèves hétérosexuels ont rapporté se sentir choqués par les commentaires homophobes. En réalité, plus des deux tiers des élèves entendent des expressions homophobes comme « c’est tellement gai » chaque jour. En ce qui a trait à l’identité sexuelle, 74 %, un chiffre astronomique, des jeunes trans ont subi du harcèlement verbal au sujet de leur expression sexuelle.

L’intimidation homophobe et transphobe est une attaque contre les droits de la personne et elle blesse tout le monde, allant des cibles de l’intimidation, en passant par les témoins et la société en général. Qui plus est, ce n’est pas uniquement un problème qui se passe dans les cours d’école – c’est un problème qui envahit nos lieux de travail et nos collectivités. En fait, bon nombre de nos personnes membres LGBTTI sont encore confrontées à du harcèlement verbal et physique au travail, ce qui les empêche de participer entièrement aux activités de notre syndicat. L’intimidation est souvent intensifiée pour les personnes qui sont confrontées à de multiples formes de discrimination, comme les personnes de couleur LGBTTI qui sont également victimes de racisme.

Malgré ces injustices, des initiatives positives aident à combattre l’intimidation homophobe et transphobe :

  • La campagne en cours du SCFP, Dénoncez l’intimidation pour qu’elle cesse!, est une action inspirante et elle sensibilise davantage les gens au sujet des taux élevés d’intimidation que subissent les membres de la communauté LGBTTI. De nombreuses copies de la nouvelle brochure et les populaires disques volants (Frisbees) et foulards de tête roses ont été distribués dans le cadre des défilés de la Fierté, des congrès des divisions, des conférences et des ateliers partout au Canada. Il est possible d’en commander en communiquant avec le Service de l’égalité du SCFP.
  • Récemment, une école secondaire entière de Burnaby (Colombie-Britannique) a tenu une conférence de lutte contre l’homophobie. Les éducateurs et les élèves ont pris part à des conversations significatives au sujet de l’intimidation homophobe et transphobe.
  • Au mois de mai de cette année, Egale Canada, en partenariat avec le Conseil scolaire régional de Toronto, accueillera le tout premier Sommet national de l’Alliance gai-hétéro qui réunira des centaines de LGBTTI et des jeunes et éducateurs alliés de partout au Canada.
  • Le SCFP continue de soutenir la campagne pour des écoles sécuritaires d’Egale qui travaille à créer des politiques sécuritaires et plus inclusives afin de combattre l’homophobie et la transphobie dans les écoles.
  • Egale a produit un documentaire intitulé Courage face à la haine, qui attire l’attention sur les conséquences humaines des crimes haineux, de la violence et de l’intimidation contre les Canadiennes et les Canadiens LGBTTI. Pour en savoir plus au sujet de la vidéo, allez à egale.ca.


L’action prise par les élèves de la Nouvelle-Écosse renforce le rôle de soutien que les alliés peuvent jouer pour combattre la discrimination.

Voici différents moyens que vous et votre section locale pouvez utiliser en guise de soutien offert aux membres LGBTTI pour combattre l’intimidation :

  • Apprenez-en davantage au sujet de la Journée du rose, ainsi qu’au sujet des différents événements qui se déroulent, et trouvez de l’inspiration pour des actions à dayofpink.org/fr et egale.ca.
  • Parlez à votre section locale sur la possibilité de parrainer un événement de lutte contre l’intimidation dans une école de votre collectivité.
  • Cherchez à savoir ce que les partenaires communautaires font pour la Journée du rose et faites participer votre section locale à différents événements.
  • Parlez à votre conseillère ou conseiller à l’éducation pour demander l’atelier Combattre l’intimidation au travail de six ou de neuf heures, l’atelier Fierté au SCFP ou, si vous êtes une personne déléguée syndicale, examinez la possibilité de suivre le module de la série de cours pour les délégués syndicaux intitulé S’opposer à l’homophobie au travail.
  • Encouragez votre section locale à mettre sur pied une campagne de lutte contre l’intimidation et le harcèlement.


Joignez-vous à nous pour célébrer cette date importante et informez-nous de toute activité à laquelle vous ou votre section locale participerez en envoyant un courriel à egalite@scfp.ca.

  

En toute fierté et solidarité,

Le président national,
Paul Moist

Le secrétaire-trésorier national,
Charles Fleury