Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

En Ontario, les femmes sont « dans le rouge » parce qu’elles gagnent 28 % de moins que les hommes pour un travail d’égale valeur. L’écart est encore plus grand pour les femmes racisées, handicapées ou autochtones. Le SCFP collabore avec la Coalition ontarienne pour l’équité salariale à changer cette situation.

Le samedi 23 mars 2013, à 12 h 30, les membres du SCFP du secteur des services sociaux se démèneront au Square Nathan Phillips pour promouvoir le changement social en dansant pour « sortir du rouge » et appuyer la Coalition ontarienne pour l’équité salariale, Agir pour combler l’écart salarial entre hommes et femmes et la première Journée de l’équité salariale en Ontario, le mardi 9 avril.

L’écart salarial est une injustice.

Il nuit à nos collectivités et à l’économie.

Il a des conséquences pour nos consœurs du SCFP, et sur quelques confrères aussi.

L’écart salarial entre hommes et femmes touche de nombreux membres du SCFP, puisque notre syndicat est formé à 65 % de femmes. Les consœurs du SCFP, et de nombreux confrères aussi, qui travaillent dans le secteur des services sociaux – considéré comme un secteur « majoritairement féminin » – sont directement touchées par l’inégalité salariale.

L’équité salariale (ou salaire égal pour un travail d’égale valeur) est considéré comme un droit fondamental. Son but est de mettre fin à la discrimination due à la sous-évaluation du travail traditionnellement accompli par des femmes. Le problème, c’est que bien que le gouvernement provincial soit censé financer les agences de services sociaux pour assurer l’équité salariale, le sous-financement du secteur oblige souvent ces agences à choisir entre le respect de ses obligations en matière d’équité et le maintient de services et de soutiens précieux pour les Ontariens qui en ont besoin.

Cette situation est inacceptable.

Écrivez à la première ministre Kathleen Wynne et demandez-lui de veiller à ce que les agences de services sociaux reçoivent un financement suffisant pour respecter l’équité salariale tout en offrant des services publics précieux aux collectivités ontariennes. Demandez à la première ministre de décréter officiellement une Journée de l’équité salariale, à compter du mardi 9 avril de cette année.

Communiquez avec la première ministre Wynne à Kathleen.wynne@ontario.ca

Allez danser avec les membres des services sociaux du SCFP pour « sortir du rouge » au Square Nathan Phillips, le samedi 23 mars 2013, à 12 h 30.