Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les compressions dans les Services de santé mentale pour enfants auront de graves répercussions sur les soins continus, au point d’entraver les progrès accomplis par les enfants et leur famille, selon le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les travailleurs sociaux de l’agence de Belleville. Cette agence dessert aussi les familles de Trenton, Picton, Madoc, Bancroft et des régions avoisinantes.

« Selon la direction, explique Joyce Aman, présidente de l’unité 3314.3 du SCFP, ces compressions sont nécessaires afin d’éponger le déficit de l’agence. Les enfants et leur famille perdront les soins continus dont ils ont besoin. Leurs programmes seront perturbés. Ils perdront leur rythme de croisière, leurs progrès, et vont se retrouver sans soins professionnels les fins de semaine. C’est là que ces compressions feront le plus mal. »

Les compressions proposées auront un effet direct sur le programme de thérapie à domicile qu’offre l’agence aux enfants de 8 à 15 ans ayant des problèmes de santé mentale. Ce programme très populaire offre actuellement aux enfants et à leur famille du personnel professionnel et des services complets sept jours sur sept. Les compressions proposées mettront fin à ces services les fins de semaine. « Essentiellement, les prestataires n’auront plus accès, les fins de semaine, au personnel régulier qui connaît leur dossier, leurs progrès, poursuit Mme Aman. Les problèmes de santé, mentale ou autre, ne prennent pas congé la fin de semaine. C’est pourquoi nous offrons nos services sept jours sur sept. On ne sait pas comment ce déficit de service sera géré les fins de semaine, mais il est clair que les services des prestataires seront fortement touchés. Ce sera la fin des soins continus. »

Les compressions toucheront aussi les familles de Bancroft qui ont recours au programme de préservation des familles, qui offre des services intensifs aux familles et aux enfants aux prises avec des problèmes de santé mentale. Le SCFP 3314.3 représente 60 travailleurs des services sociaux qui fournissent des services communautaires, comme de la thérapie individuelle et familiale, des programmes de traitement et de prévention, de la consultation d’urgence, des services intensifs à domicile, du développement communautaire, de l’éducation populaire et d’autres services s’adressant aux enfants ayant des problèmes de santé mentale.

« Ces compressions doivent entrer en vigueur en avril, mais nous demandons au gouvernement ontarien d’y mettre un terme, conclut Mme Aman. Ces coupures feront mal aux enfants et aux familles que nous sommes censés aider. »

 Joyce Aman, présidente de l’unité 3314.3 du SCFP : 613-438-7080

Cheri Dobbs, conseillère nationale du SCFP : 613-542-2069

James Chai, service des communications du SCFP : 905-739-3999