Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le syndicat des employés d’hôpitaux (Hospital Employees’ Union ou HEU) presse les Libéraux britanno-colombiens d’abandonner un projet de loi de dernière minute qui modifierait les unités de négociation en santé.

Déposé le 4 mars, le projet de loi 18, Health Authorities Amendment Act, déplacerait 9 000 infirmières auxiliaires autorisées entre trois associations de négociation du secteur de la santé.

Le gouvernement provincial n’a mené aucune consultation préalable, malgré les répercussions importantes de cette loi sur la fourniture des soins de santé, la gestion des ressources infirmières et le droit à la négociation collective.

La ministre de la Santé a déclaré que son personnel attendrait l’adoption du projet de loi pour entamer des consultations.

Or, selon la secrétaire-directrice administrative du HEU, Bonnie Pearson, le gouvernement aurait un devoir de consultation. C’est ce qui est ressorti, en 2007, d’une contestation fondée sur la Charte du projet de loi 29 adopté en 2002 par les Libéraux britanno-colombiens.

« La ministre déçoit et manque de respect envers l’équipe diversifiée qui prodigue des soins à la population, soutient Mme Pearson. Elle a eu amplement l’occasion de consulter notre syndicat et les autres syndicats touchés par le projet de loi de son gouvernement. Elle a sciemment choisi de ne rien demander et de ne rien écouter. »

Mardi, le projet de loi 18 a franchi l’étape de la deuxième lecture. Il devrait faire l’objet d’un dernier débat aujourd’hui.

Il aurait pour effet de déplacer des IAA appartenant à la Facilities Bargaining Association et à la Community Bargaining Association vers la Nurses Bargaining Association. Il ne perturberait pas le droit à la représentation syndicale des quelque 7 000 IAA actuellement affiliées au syndicat BC Nurses Union. Par contre, il pourrait avoir de graves répercussions sur 2 000 IAA membres du HEU et d’autres syndicats travaillant dans les établissements de soins de longue durée, certains hôpitaux et en milieu communautaire.

En outre, ce projet de loi pourrait saper dix ans de travail d’élaboration de politiques ayant accru le nombre et l’utilisation des IAA.