Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Au cours des consultations pré-budgétaires menées par la province, le SCFP-Terre-Neuve-et-Labrador a fait savoir au ministre des Finances qu’il devait regarder ailleurs dans le monde pour savoir comment réagir efficacement aux défis économiques.

« La leçon qui ressort le plus clairement, c’est que la diminution des dépenses et les mesures d’austérité ne sont pas une solution, déclare Wayne Lucas, président du SCFP-T.-N. Même le Fonds monétaire international (FMI) a conclu que l’impact négatif des politiques d’austérité et de la réduction des dépenses est beaucoup plus important que prévu. »

Le mémoire du SCFP cite une étude du FMI, Fiscal Multipliers and the State of the Economy (Multiplicateurs fiscaux et état de l’économie), publiée en décembre 2012, qui analyse des décennies de données sur les principaux pays industrialisés du monde.


« L’étude montre, explique M. Lucas, qu’il est de loin préférable de faire face aux déficits en haussant les impôts plutôt qu’en imposant des compressions budgétaires radicales. »

Le mémoire fait aussi valoir qu’en reposant trop sur l’exportation de ressources naturelles – comme le pétrole et les minerais – l’économie de la province risque de se retrouver dans une situation précaire plus tard. Les prix des matières premières génèrent peut-être des booms économiques, mais ceux-ci sont inévitablement suivis de récessions, soutient le SCFP.

Le syndicat croit que la province doit s’appuyer sur des politiques économiques beaucoup plus équilibrées pour arriver à une croissance économique durable.

  

Pour en savoir plus :

Wayne Lucas
Président, SCFP-T.-N.
709 727-2509                                   

John McCracken
Conseiller aux communications du SCFP
902 880-8057