Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les services de logement supervisé de la région de Peel sont inutilement menacés, a averti aujourd’hui la présidente de la section locale 966 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Notre équipe de négociation n’a ménagé aucun effort pour présenter une proposition qui tienne compte des besoins de nos membres tout en protégeant des services publics vitaux et en respectant les résidents de la région de Peel. En réponse, nous n’avons pas reçu la moindre proposition de l’employeur », a déploré Mary Jo Falle, présidente de la section locale 966 du SCFP.

La section locale 966, qui représente le personnel des services de logement supervisé de Peel (Supportive Housing in Peel ou SHIP), tente de négocier une convention collective équitable depuis la fin de l’année dernière.  Jusqu’à maintenant, elle a rencontré les représentants de SHIP à quatre reprises pour négocier, sans résultats concrets.

« Nous ne sommes pas plus près de conclure une entente maintenant que nous ne l’étions en 2012 lorsque cette ronde de négociations a commencé », a affirmé Mme Falle.

Le syndicat a présenté une demande de conciliation au ministère provincial du Travail le 13 février et attend la nomination d’un conciliateur provincial pour aider les deux parties.

Mary Jo Falle a réitéré l’engagement de la section locale 966 à négocier « une entente qui soit équitable pour toutes les parties et qui protège les services publics sur lesquels comptent les résidents de Peel ».

« Toutefois, a-t-elle ajouté, la section locale 966 ne peut pas négocier seule. Il nous faut un partenaire ouvert à la table avec nous pour signer un accord. »
  

Pour en savoir plus :

Mary Jo Falle
Présidente, section locale 966 du SCFP
 905 502-6599

Kevin Wilson
Communications du SCFP
 416 821-6641