Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Une femme sur trois, à l’échelle mondiale, sera violée ou battue au moins une fois dans sa vie.

Un milliard de femmes violentées, c’est une atrocité.

Un milliard de femmes qui dansent, c’est une révolution!

À l’approche du 15e anniversaire du V-Day, Eve Ensler, célèbre auteure des Monologues du Vagin, invite un milliard de femmes et leurs êtres chers à manifester, danser et se tenir debout, ce 14 février, dans le cadre d’une campagne mondiale visant à mettre fin aux violences contre les femmes et les jeunes filles. Il s’agira d’un puissant geste de solidarité unissant les femmes, les jeunes filles et leurs alliées, partout dans le monde, un geste qui fera savoir aux survivantes de violences qu’elles n’ont pas à lutter seules.

Qu’est-ce que c’est?

En ce moment, des tas de gens partout dans le monde organisent des actions créatives appelées « risings ». Un « rising » peut prendre toutes sortes de formes, d’une veillée à la chandelle à une mobilisation éclair (« flashmob »). Toute personne ou organisation peut mettre sur pied une telle activité ou participer à celle d’un autre groupe. Dans un cas comme dans l’autre, on informera ou on s’informera sur le site Internet One Billion Rising (en anglais seulement) : http://www.onebillionrising.org/.

Pourquoi participer?

La violence contre les femmes et les jeunes filles demeure un problème majeur, chez nous comme à l’étranger. Malgré les lois qui interdisent la violence et la discrimination sexuelle au Canada :

  • le meurtre est la principale cause de décès au travail parmi les femmes;
  • en mars 2010, l’Association des femmes autochtones du Canada avait recensé 582 cas de disparition et de meurtre de femmes et de filles autochtones au cours des 30 dernières années;
  • chaque jour, au Canada, plus de 3 000 femmes (et leurs 2 500 enfants) fréquentent un refuge pour fuir la violence familiale;
  • la violence contre les femmes coûte plus de 4 milliards de dollars par année au pays.

Et ensuite?

Le 14 février, comme plusieurs groupes de femmes et syndicats, le SCFP redemandera au gouvernement du Canada qu’il s’engage à mettre fin à la violence contre les femmes, en trois points :

1. Annoncer la feuille de route menant à l’élaboration d’un Plan national d’action pour mettre fin à la violence contre les femmes au Canada.

2. Lancer une enquête publique nationale sur les disparitions et les assassinats de femmes et de filles autochtones.

3. S’engager publiquement à travailler à la conclusion, à la Commission 2013 de la condition de la femme des Nations Unies, d’un accord qui s’appuiera sur les droits actuels des femmes et qui exigera des gouvernements qu’ils fassent rapport sur leurs efforts afin d’éliminer et de prévenir toute forme de violence contre les femmes et les jeunes filles.

Le statu quo n’est plus tolérable. Nous encourageons tous les membres du SCFP à se lever et à agir. Parlez aux gens de votre entourage; entrez en relation avec des groupes communautaires; encouragez d’autres personnes à participer. Misons sur la force du nombre : adoptons une attitude radicale, refusons de prendre part à une société qui tolère l’iniquité. Pour citer le site de One Billion Rising : « De quoi à l’air UN MILLIARD? Le 14 février 2013, ça aura l’air d’une RÉVOLUTION. »