Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

­­­­­Toronto, le vendredi 1 février 2013 – Le syndicat des agents de bord de Sunwing, qui tente de négocier une première convention collective, a appris la semaine dernière le congédiement du porte-parole patronal à la table de négociation. Le directeur des ressources humaines par intérim a perdu son emploi au sein de Sunwing Airlines. Pour la partie syndicale, cela représente un tournant majeur. De plus, au cours des derniers jours, la compagnie a semblé faire tout en son pouvoir pour étirer les délais et ralentir le processus de conciliation.

« Ce directeur était le seul négociateur de Sunwing habitué à la négociation collective. Sous sa gouverne, et avec l’aide de la conciliatrice du ministère du Travail, les pourparlers étaient productifs. Son départ est un très mauvais signal. Nous craignons fort que la négociation s’enlise à partir de maintenant. Nous soupçonnons même la compagnie de vouloir cet enlisement », a expliqué Mark Brancelj, président du syndicat des agents de bord de Sunwing, section locale 4055 du SCFP.

À la demande de la compagnie, une conciliatrice du ministère du Travail du Canada a été nommée au dossier le 2 janvier. Deux journées de conciliation ont eu lieu le 17 et le 18 janvier, et cinq autres sont prévues du 11 au 15 février.

Soixante jours après le début de la période de conciliation, soit le 24 mars prochain, le syndicat des agents de bord acquerra le droit de grève. À ce moment, la période de conciliation pourra être prolongée si les deux parties y consentent. À ce stade-ci, le syndicat doute qu’il consentira.

« Avec le départ du porte-parole patronal, il semble qu’on doive repartir à zéro. C’est très frustrant pour les agents de bord qui attendent leur première convention collective. Si nos craintes d’enlisement se concrétisent, nous n’aurons d’autre choix que d’envisager le recours à la grève », a averti Caroline Bédard, la conseillère syndicale au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) responsable du dossier.

Au mois de mars dernier, dans le cadre d’un scrutin dirigé par le Conseil canadien des relations industrielles (CCRI), les quelque 900 agents de bord ont voté en faveur de leur adhésion au SCFP. Depuis l’accréditation, leur section locale s’organise et se structure. Le comité de négociation du côté syndical est composé de représentants provenant de chacune des six bases de la compagnie aérienne: Vancouver, Calgary, Toronto, Ottawa, Montréal et Québec. Il tente de négocier une première convention collective depuis le 12 septembre 2012.

Le SCFP est le syndicat qui représente le plus grand nombre de travailleurs du secteur aérien au Canada. Outre Sunwing, le SCFP représente maintenant près de 10 000 agents de bord, notamment chez Air Canada, Air Transat, CanJet, First Air et Cathay Pacific. Il représente également les agents au sol de Porter Airlines, à Ottawa.

Le SCFP est le plus grand syndicat au Canada avec 618 000 membres qui travaillent dans la santé, l’éducation, les municipalités, les bibliothèques, les universités, les services sociaux, les services publics, les transports urbain et aérien, les services d’urgence et les communications.
  

Renseignements :            

Caroline Bédard, conseillère syndicale SCFP, cell. 514 743-5599

Sébastien Goulet, Information SCFP, cell. 438 882-3756