Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

PRINCE GEORGE, C.-B. – Les employés de « University of Northern British Columbia » (UNBC) affiliés à la section locale 3799 du SCFP ont conclu une entente de principe avec leur employeur, mardi dernier. Il reste aux deux parties à l’entériner.

Ce projet de convention collective n’inclut aucune concession et prévoit des augmentations de salaire de deux pour cent les deux dernières années. Il n’y a aucune augmentation les deux premières années, afin de respecter le mandat zéro net qu’a imposé le gouvernement provincial aux travailleurs du secteur public en 2010 et 2011.

La convention collective arrivera à échéance le 30 juin 2014. Elle comporte des améliorations à l’ancienneté des employés temporaires réguliers et aux vacances des syndiqués ayant plus de 20 ans d’ancienneté. Elle accorde un siège annuel aux employés du SCFP dans le programme de MBA.

Les quelque 300 syndiqués du SCFP à l’UNBC avaient lancé des moyens de pression, il y a trois semaines, pour ramener l’université et le gouvernement provincial à la table de négociations munies d’offres sérieuses et d’un mandat de conclure. Le syndicat a instauré une grève des heures supplémentaires, ainsi que des piquets de grève au campus de Prince George.

La présidente de la section locale 3799, Caroline Sewell, a parlé d’une « longue ronde de négociations rendue encore plus longue par le provincial. Nous avons maintenu de bonnes relations avec la direction de l’université tout au long des pourparlers. C’est avec le gouvernement que nous avons eu des problèmes. Il a fallu attendre plus d’une semaine avant d’obtenir une réponse de sa part. »

Selon Mme Sewell, le problème ne venait même pas du conseil des employeurs du secteur public, une entité gouvernementale, mais bien des ministres de l’Éducation et des Finances. « Le syndicat et l’université ont dû attendre plus d’une semaine avant que le ministère approuve les offres pécuniaires de la direction. Nous avions réglé les questions non pécuniaires depuis longtemps; c’était comme si les négociations avec la direction étaient terminées. »

Une entente similaire est intervenue cette semaine entre les employés de soutien SCFP à l’université Thompson Rivers de Kamloops et leur employeur.

Pour en savoir plus, contactez :
Caroline Sewell
Présidente du SCFP 3799
250-640-5566
Murray Bush
Conseiller en communication du SCFP
 778-554-2234