Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO – Les perspectives économiques de l’Ontario pour l’automne laissent entendre, à tort, que l’économie va aussi bien que possible et que le gouvernement fait tout ce qu’il peut pour appuyer la reprise, a affirmé aujourd’hui Fred Hahn, président du SCFP-Ontario.

« Avec trois budgets et quatre énoncés économiques depuis le krach de Wall Street, et avec le chômage élevé et la faible croissance, il est maintenant évident que le véritable obstacle à la croissance est la politique ‘d’austérité’ des libéraux – un choix mal avisé que le Parti conservateur adopterait d’ailleurs avec encore plus de ferveur », a déclaré M. Hahn.

« Trois acteurs clés sont nécessaires à toute reprise économique : les entreprises, le gouvernement et les gens.  Notre gouvernement a choisi la mauvaise politique économique pour tous », a-t-il ajouté.

La politique libérale n’oblige pas les entreprises à assumer le rôle qu’elles doivent jouer dans l’économie et leur offre des milliards de dollars en baisses d’impôt, sans leur proposer d’incitatif pour investir ce que le gouverneur de la Banque du Canada Mark Carney qualifie « d’argent mort » et qui se chiffre en milliards de dollars. La stratégie budgétaire des libéraux vise à retirer l’argent de l’économie dont 18 milliards en dépenses de programmes au cours des trois années qui viennent.  Les libéraux adoptent des lois qui réduiront la capacité de dépenser de trois quarts de millions d’Ontariens.

« Les libéraux ont tout faux et Tim Hudak affirme qu’il fera les mêmes erreurs, mais plus vite, a souligné Fred Hahn.  Pourquoi les libéraux et les conservateurs continuent-ils à favoriser des stratégies d’austérité discréditées, et ce, même si la directrice générale du FMI Christine Lagarde elle-même soutient que ce sont les investissements et non les compressions qui nous mèneront à la croissance économique? »

L’énoncé économique de l’Ontario rapporte que le déficit est plus faible que prévu et que les taux d’intérêt devraient rester faibles jusqu’à la fin de 2014.

« C’est le contexte idéal pour appuyer de nouveaux investissements publics, qui favoriseront les investissements des entreprises et accroîtront la confiance chez les consommateurs, a poursuivi M. Hahn.  Cette approche, avec l’ajout prudent de nouvelles mesures fiscales qui permettront aux entreprises d’assumer leur part et aideront la province à retrouver l’équilibre budgétaire, est une bien meilleure recette pour la reprise. »

Le président du SCFP-Ontario croit qu’il n’est pas trop tard pour que le gouvernement ontarien change de cap et il espère voir une nouvelle direction ressortir dans la préparation du budget ontarien de 2013.

Le SCFP-Ontario est le syndicat des communautés de la province; il représente des travailleuses et travailleurs dans chaque collectivité ontarienne, quelque 230 000 personnes qui offrent des services dans les secteurs des écoles, des universités, des soins de santé, des services sociaux et des municipalités. Le SCFP résiste activement aux tentatives entreprises par le gouvernement pour éliminer le droit à la libre négociation collective, protégé par la Charte, en Ontario.

Pour en savoir plus :

Craig Saunders, communications du SCFP, 416 576-7316