Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

FREDERICTON : Le syndicat représentant les employés d’Alcool NB, la section locale 963 du SCFP, demande à la Société des alcools du Nouveau-Brunswick de revoir sa décision de fermer deux de ses magasins au début de la prochaine année. 
FREDERICTON : Le syndicat représentant les employés d’Alcool NB, la section locale 963 du SCFP, demande à la Société des alcools du Nouveau-Brunswick de revoir sa décision de fermer deux de ses magasins au début de la prochaine année.
 
FREDERICTON - Le syndicat représentant les employés d’Alcool NB, la section locale 963 du SCFP, demande à la Société des alcools du Nouveau-Brunswick de revoir sa décision de fermer deux de ses magasins au début de la prochaine année.

« On nous a informés hier que la Société entendait fermer ses succursales de St. George et de Bristol, car les réparations nécessaires aux édifices entraîneraient des coûts trop élevés et la location de locaux ne serait pas une option viable en raison du prix des loyers », a déclaré Martha Thompson, présidente de la section locale 963 du SCFP.

« Cette décision porte un autre coup à l’économie de ces collectivités. Cela représente une perte de six postes à temps plein et emplois permanents à temps partiel dans ces collectivités. Ces employés se verront offrir l’option d’aller travailler dans une autre succursale. Les employés occasionnels touchés auront aussi cette option mais leurs heures seront affectées », explique Mme Thompson.

« En plus de perdre des emplois bien rémunérés, ces collectivités perdent également des revenus fiscaux. Nous croyons que cette décision fait partie du projet du gouvernement de  privatiser Alcool NB. Au lieu d’affronter les réactions défavorables de la population, le gouvernement privatise la société d’État à la pièce. »

« L’augmentation du nombre de magasins de franchise n’est pas la solution la plus avantageuse pour les Néo-Brunswickois. Les magasins de franchise qui remplaceront ces deux succursales offriront moins de produits et les services à la clientèle y seront pratiquement inexistants. Il semble que les Néo-Brunswickois des régions rurales ne méritent pas les mêmes services et la même variété de produits d’Alcool NB que ceux qui vivent dans les plus grands centres », conclut Mme Thompson. 

Le SCFP représente plus de 500 employés des magasins et entrepôts d’Alcool NB.