Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le gouvernement de l’Ontario a mis en place un registre des préposées et préposés aux services de soutien à la personne (PSSP). Le registre, initialement destiné aux PSSP (et aux classifications associées) du secteur des soins à domicile, s’appliquera aussi aux soins de longue durée et aux hôpitaux au cours des années à venir.

Le SCFP a réussi à obtenir un siège au comité de direction sur le registre, mais malheureusement, malgré les objections soulevées par le SCFP et d’autres représentants syndicaux, les employeurs et le gouvernement n’ont cessé de pousser le registre dans de nouvelles directions pour lesquelles il n’existait aucun consensus. Cette situation a créé un certain nombre de problèmes :

  • La direction du registre a été confiée à une organisation d’employeurs.
  • La protection des renseignements personnels des PSSP est insuffisante.
  • Il n’existe pas de processus équitable pour le retrait d’un PSSP de la liste du registre – pourtant, les PSSP ne pourront pas travailler pour des employeurs financés par le secteur public à moins que leur nom soit sur le registre.
  • Le registre permet aussi les « soins autogérés ». Le formulaire de demande du registre comprend une section « facultatif » que le PSSP peut signer s’il veut travailler pour des individus privés qui reçoivent du financement par l’entremise d’un système parallèle à l’assurance-maladie. Le registre contribue ainsi à affaiblir l’assurance-maladie, car les individus privés paient souvent les travailleurs moins bien et offrent des soins de moindre qualité.

Compte tenu de ces problèmes, le SCFP-Ontario et le CSHO ont quitté leur siège au comité de direction sur le registre des PSSP afin de prendre parti en faveur de l’assurance-maladie et de défendre la dignité des PSSP