Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Quelles sont les intentions des chefs des partis provinciaux au sujet de l’AECG?

Profitant du passage de la chancelière allemande, Angela Merkel, à Ottawa, le premier ministre canadien, Stephen Harper, a réitéré en compagnie de son homologue, la volonté de signer un traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne avant la fin de cette année.

« En pleine campagne électorale, il est approprié que les chefs des partis provinciaux partagent leurs positions sur cette entente qui a été décriée autant au Canada qu’en Europe », a souligné Denis Bolduc, secrétaire général du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Le SCFP est parmi les milliers d’acteurs de la société civile, à s’être positionnés contre l’Accord économique et commercial global (AÉCG) entre le Canada et l’Union européenne.

« Il ne faut pas être dupe. Nos marchés publics sont sur la table dans ces pourparlers. Par marché public on entend l’ensemble des contrats des sociétés d’État et des gouvernements, autant au niveau municipal que provincial », affirme Denis Bolduc. Le SCFP exige que les marchés publics soient retirés d’un éventuel accord.

« Notre souveraineté politique et économique est en jeu ici et les négociations se font derrière des portes closes », d’ajouter monsieur Bolduc «et plusieurs l’ont compris dont les villes de Montréal et Toronto. »

En effet, le Conseil municipal de la Ville de Montréal a adopté une résolution en janvier dernier disant que « l’AECG, ne puisse être interprété comme limitant le pouvoir des citoyens et des citoyennes de décider, par l’entremise de leurs élus, du type de services pouvant être offerts et contrôlés par leurs pouvoirs publics locaux. »

Monsieur Bolduc s’inquiète également des mesures de libéralisation incluses dans l’accord qui « limitera l’action du gouvernement et nuira au développement économique local. »