Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP aide les travailleurs à faire entendre leur voix et leurs solutions à la 19e Conférence annuelle sur le sida, en cours à Washington, DC.

On attend à cette rencontre plus de 20 000 participants en provenance de 195 pays. Ce sont des porteurs du VIH-sida, des décideurs et des personnes qui s’efforcent de mettre fin à la pandémie. Le thème de cette année est « Turning the Tide Together », soit « renverser la vapeur ensemble ».

Le SCFP a participé à un caucus ouvrier organisé avant la conférence par la Confédération syndicale internationale (CSI) et l’American Federation of Labour.

La délégation canadienne a débattu d’enjeux régionaux et de lutte ouvrière au VIH-sida avec des délégués syndicaux du Nigéria, du Ghana, de la Tanzanie, de l’Afrique du Sud, de l’Australie, de la Suède, du Brésil, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Ce caucus a fait des liens entre les enjeux du VIH-sida et d’autres enjeux ouvriers, comme :

  • la sécurité du revenu et l’accès aux services publics comme clés du recul de la pauvreté et du respect des droits de la personne;
  • les réponses des milieux de travail à la crise du sida, en partant de la résolution 200 de l’Organisation internationale du travail;
  • l’accès au travail sans discrimination;
  • le rôle de la Banque mondiale et les dangers du recours aux PPP dans la création ou le maintien de programmes d’aide non financés ou sous-financés;
  • la mobilisation des jeunes.

Au cours de la prochaine semaine, le SCFP participera à diverses séances portant sur la justice économique et la protection des droits de la personne, l’accès aux traitements, la lutte contre la stigmatisation et la discrimination, et enfin l’impact du VIH-sida sur les femmes, les LGBTTI, les autochtones, les travailleurs du Sud et les travailleurs précaires (travailleuses et travailleurs migrants, du sexe et du secteur informel).

Le SCFP reste aussi à l’affût des cas où le secteur privé et les grandes institutions internationales présenteront les PPP comme des « solutions de financement ». À titre de l’un des rares syndicats du secteur public représenté à cette conférence, le SCFP promouvra la hausse de l’impôt sur les sociétés et l’établissement d’une taxe sur les transactions financières dans le but de renforcer le secteur public. Il s’agit des bases de la campagne Quality Public Services - Action Now! de l’Internationale des services publics.

La délégation canadienne à la 19e Conférence internationale sur le sida se compose de : Sheryl Burns (Comité national des femmes du SCFP), Zully F. Trujillo (Comité national arc-en-ciel du SCFP), Roger Procyk (Conseil national des autochtones du SCFP), Gerry Lavallée (Comité national du triangle rose du SCFP), Kelti Cameron (agente du SCFP en solidarité internationale), Victor Elkins (Syndicat des employés d’hôpitaux) et David Onyalo (Congrès du travail du Canada).

Pour suivre le déroulement de la conférence sur Twitter, suivez Kelti Cameron (@kelti) et Victor Elkins (@velkins) ou recherchez les mots-clics #AIDS2012, #TurningtheTideTogether, #DCdeclaration et #GlobalVillage.
 
Quelques faits :

  • Neuf personnes vivant avec le VIH-sida sur dix sont des travailleurs.
  • Soixante-trois pour cent des gens ayant besoin de traitements contre le VIH-sida n’y ont pas accès.
  • Une personne contracte le VIH toutes les 12 secondes.
  • À l’échelle mondiale, les jeunes représentent environ 40 pour cent des sans-emplois et 40 pour cent des nouveaux cas de VIH.
  • Plus du tiers des personnes vivant avec le VIH ou le sida se plaignent d’avoir perdu leur emploi, de s’être vu refuser des soins, de se sentir ostracisées ou d’être obligées de divulguer leur état de santé.