Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

VICTORIA (C.-B.) — Deux sections locales du SCFP à l’Université de Victoria ont déposé un avis de débrayage de 72 heures. Le SCFP 917 et le SCFP 951 ont remis cet avis à la commission des relations de travail de la C.-B. lundi, après que l’employeur eut refusé de poursuivre la médiation.

En fait, vendredi, l’employeur avait mis fin aux discussions avec les trois sections locales du SCFP à l’UVic en prétendant qu’aucun progrès n’était envisageable d’ici septembre. « Nous étions prêts à négocier tout l’été pour conclure une convention collective juste et raisonnable, a déclaré le président du SCFP 917, Rob Park. Nous avions bon espoir de finaliser un accord négocié d’ici septembre. »

Le président de la section locale 951 du SCFP, Doug Sprenger, présente l’avis de débrayage comme le résultat d’une frustration qui s’accumule depuis près de deux ans : « Nous négocions depuis octobre 2010; nous avons eu 19 rencontres avec l’employeur. Nous avons eu amplement l’occasion d’exposer nos points et de les débattre. Après tous ces efforts, voilà que l’UVic semble vouloir freiner le processus. Et nous n’avons fait aucun progrès notable sur nos points les plus importants. »

Les deux parties tentent de négocier un contrat de quatre ans sans augmentation de salaire en 2010 et 2011, conformément au mandat « zéro net » provincial. Les pourparlers avaient repris en juin, après que le gouvernement provincial eut approuvé le plan d’économie à « mandat de gains coopératifs » de l’université.

Bien que la question salariale soit un facteur important après plusieurs années sans augmentation, les équipes de négociation du SCFP soutiennent que la sécurité d’emploi, la protection contre l’inflation et l’amélioration des avantages sociaux sont des points plus importants aux yeux des leurs membres.

Les membres du SCFP 951, qui représente le personnel de bureau, le personnel technique et les travailleurs en service de garde, ont approuvé le débrayage à hauteur de 80 pour cent le mois dernier. Les cols bleus représentés par le SCFP 917 l’ont fait à hauteur de 93 pour cent. Quant aux membres du SCFP 4163, qui représente les quelque 1500 adjoints à l’enseignement, moniteurs de langue et chargés de cours, ils n’ont pas encore tenu leur scrutin.

« Le SCFP 917 et le SCFP 951 travailleront sur les services essentiels en juillet, a expliqué M. Sprenger. Si nous n’arrivons pas à nous entendre sur les services essentiels à maintenir en cas de grève, nous demanderons l’aide du médiateur Mark Atkinson. »

Peu de temps après l’annonce de cet avis de grève hier, un autre groupe en négociation à l’UVic a témoigné son appui : « La Professional Employees Association soutient les syndiqués du SCFP dans leur lutte afin d’obtenir une convention collective juste et raisonnable, a déclaré la représentante du PEA, Melissa Moroz. Nous demanderons à nos membres de respecter les piquets de grève à l’UVic. »

Les sections locales du SCFP à l’Université de la Colombie-Britannique se sont également munies de votes de grève récemment. Cet employeur multiple les retards et se traîne les pieds.

Pour en savoir plus, contactez :

Doug Sprenger
Président du SCFP 951
250-721-8245

Loree Wilcox
Conseillère syndicale nationale du SCFP
250-896-3219

Murray Bush
Conseiller national en communications du SCFP
 778-554-2234