Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Parmi les nombreuses mauvaises mesures contenues dans le budget fédéral de Stephen Harper, figure la décision d’abolir la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie (TRN). Cet organisme consultatif a été créé sous le gouvernement Mulroney afin d’entretenir des liens directs avec le gouvernement fédéral. Composée d’un large éventail d’experts incluant des représentants des mouvements syndical et communautaire, la TRN mène une évaluation du dossier environnemental du Canada et conseille au gouvernement des moyens d’améliorer son bilan depuis plus de 2 décennies.

Le plus récent rapport de la TRN est intitulé État de la situation : la lutte contre le changement climatique au Canada. Le rapport contient de mauvaises nouvelles pour le gouvernement Harper puisqu’il fait la démonstration que le Canada accuse toujours un retard dans ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui sont à l’origine du changement climatique. Tous les progrès enregistrés au Canada sont le fait de certaines provinces (notamment l’Ontario et le Québec) qui ont mis de l’avant des programmes de lutte au changement climatique tournés vers l’avenir. Au niveau fédéral, le gouvernement Harper poursuit une mise en œuvre agressive d’un plan économique destructeur basé en grande partie sur l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, ce qui aura inévitablement pour conséquence une augmentation des émissions de gaz à effet de serre au pays et une intensification du changement climatique.

Le rapport de la TRN constate que les émissions totales du Canada ont augmenté de 17 % entre 1990 et 2009. Pour l’avenir, la TRN prévoit, entre 2005 et 2020, une augmentation de 30 % des émissions de gaz à effet de serre attribuable aux secteurs pétroliers et gaziers. En conséquence, il sera très difficile pour le Canada de respecter les engagements pris en vertu de l’Accord de Copenhague; une diminution générale de 17 % de ses émissions d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 2005.

L’abolition de la TRN, l’une des nombreuses mesures régressives en matière d’environnement adoptées par le gouvernement Harper, signale de nouveaux problèmes à l’horizon. Cette décision signifie surtout que les actions du gouvernement fédéral dans le domaine de l’environnement feront l’objet de moins d’évaluations et d’analyses dans l’avenir.

Pour en savoir plus :

Rapport de la TRN

Le SCFP a dénoncé ce budget à l’avantage des grandes pétrolières