Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La Ville de Victoria est la dernière municipalité à exiger d’être protégée contre un nouvel accord sur le commerce et l’investissement entre le Canada et l’Union européenne.

En effet, le conseil municipal de Victoria a adopté une motion exigeant une exemption permanente des règles de l’Accord économique et commercial global (AECG) négocié entre le Canada et l’UE. Victoria se joint ainsi à une liste grandissante de municipalités, conseils scolaires et autres groupes qui veulent être protégés contre les effets de l’AECG.

Pour la première fois, ce vaste accord lierait les municipalités à des règles internationales controversées sur la façon dont les administrations locales peuvent dépenser l’argent public. Le contenu local ou les politiques locales d’embauchage rattachées à des contrats, ou encore les occasionnelles règles « Achetons canadien » seraient carrément interdits.

Le projet d’accord donne aux entreprises européennes de nouveaux pouvoirs pour contester les décisions prises par les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux et pour poursuivre ces derniers en dommages-intérêts – un changement fondamental et inacceptable dans notre démocratie.

Dernièrement, la municipalité de Kitchener et le comté de Wellesley, en Ontario, ainsi que la municipalité de Saanich et le district de Sechelt en Colombie-Britannique ont aussi adopté des motions exprimant leur inquiétude face aux conséquences possibles de l’AECG.

L’opposition à l’AECG grandit, malgré le baratin de vente agressif du gouvernement Harper.

  • Voyez la liste complète des municipalités, conseils scolaires et associations qui ont présenté des résolutions - CARTE.