Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO – Si elle hausse les impôts des riches, l’entente budgétaire dévoilée aujourd’hui ne fait rien pour aider l’ontarien moyen, selon Fred Hahn, le président de la section ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario).

« Plusieurs sondages livrent le même message, rappelle-t-il : les Ontariens sont d’accord avec l’idée d’imposer les riches, si cela permet de maintenir et d’améliorer les services publics. Or, personne n’a dit qu’il fallait consacrer les revenus tirés de ces hausses d’impôts au déficit, tout en sabrant dramatiquement les services publics. »

Le budget amendé prévoit un impôt supplémentaire de deux pour cent pour les personnes déclarant un revenu annuel de plus de 500 000 $. Or, au lieu d’utiliser cet argent pour éviter des compressions dans la santé, l’éducation et les autres services publics, les Libéraux ont choisi de réduire le déficit, point final.

Le budget amendé prévoit aussi le transfert d’une partie du budget des conseils scolaires au financement des services de garde, ainsi que la création d’un « fonds de transition » de 20 millions de dollars pour les hôpitaux ruraux et nordiques qui devront absorber le poids des compressions et des fermetures à venir.

« Dans un réseau de la santé de plusieurs milliards de dollars, à quoi servira un fonds de “transition” de 20 millions? lance M. Hahn. À acheter des billets d’autobus aux patients qui devront se rendre à Toronto? »

Le budget prévoit aussi utiliser les économies réalisées avec les médicaments génériques pour payer une hausse d’un pour cent les prestations d’Ontario au travail et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées. Rappelons que l’inflation se situe à 2,2 pour cent.

« Le NPD aurait dû aller plus loin dans ses propositions budgétaires, dit M. Hahn. Aucun parti n’a fait campagne en proposant de sabrer les services publics et de faire mal aux communautés. Ces compressions massives auraient dû être soumises au vote populaire. »

« Le geste qu’a posé Dalton McGuinty n’aide en rien, poursuit-il. Il détourne la volonté populaire : plus de revenus pour le gouvernement, mais moins de services publics pour la population. »

Le SCFP-Ontario a réclamé à maintes reprises que le gouvernement hausse les impôts des sociétés rentables et des personnes les mieux nanties, afin de protéger les services publics pour tous. Plus de 15 000 personnes ont participé à une grande manifestation anticompressions à Queen’s Park, samedi dernier.

« Tout n’est pas fini, conclut M. Hahn. Ce n’est qu’un début. Dalton McGuinty a rallumé un mouvement populaire qui prendra racine dans chaque ville et chaque village ontarien, un mouvement qui luttera pour une imposition juste, des services publics forts et de bons emplois. Voilà ce que veulent et méritent les Ontariens; voilà ce pour quoi nous nous battrons. »

Le SCFP-Ontario est le plus important syndicat de la province. Il représente des travailleurs des écoles, des universités, hôpitaux, des maisons de soins de longue durée, des municipalités et des services sociaux.

Pour en savoir plus, contactez :

Craig Saunders, communications du SCFP, 416-576-7316