Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a accordé une audience à l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et à l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (AFAI) sur le sujet des disparitions et des assassinats de femmes et de fillettes autochtones en Colombie-Britannique. L’audience aura lieu le 28 mars de 9 h à 10 h, à Washington D.C. Cet événement est la première occasion de discuter de la question des femmes et des fillettes autochtones disparues et assassinées avec les commissaires du réseau interaméricain, et attirera l’attention internationale sur la question.

Le SCFP est fier de fournir un soutien financier à l’AFAI afin de permettre à ses représentantes d’assister à cet événement majeur à Washington.

Sharon McIvor, porte-parole de l’AFAI, affirme ceci : « L’objectif de nos organisations est de demander l’aide des organismes d’experts sur les droits de la personne dans les réseaux interaméricains et des Nations Unies afin que nous puissions mettre fin à la violence au Canada et voir à ce que les fillettes et les femmes autochtones aient la même protection qu’offre la loi. »

La séance d’information durera une heure et sera diffusée en direct sur le Web [en anglais].  Le vidéo restera sur le site Web de la CIDH.

C’est un travail important effectué par la l’AFAC et l’AFAI afin de tenir nos gouvernements responsables sur cette question. En décembre 2011, l’AFAC et l’AFAI ont annoncé que les Nations Unies mèneraient une enquête sur les assassinats et les disparitions de femmes et de fillettes autochtones au Canada, sous l’égide du comité spécialisé de la Convention sur l›élimination de toutes les formes de discrimination à l›égard des femmes (CEDAW).

Le comité de la CEDAW a déclaré en 2008 que le gouvernement canadien n’honorait pas ses engagements, pour réaffirmer la même chose en 2010 : « Le Comité juge que sa recommandation (à propos des femmes et des filles autochtones assassinées et portées disparues) n’a pas été mise en œuvre. Par conséquent, il demande aux autorités canadiennes de lui fournir de plus amples renseignements sur les mesures qu’il a prises afin de s’attaquer à ce problème. »

Le SCFP a indiqué son soutien en faveur de cette enquête et nous sommes fiers d’aider à souligner la question en aidant l’AFAC et l’AFAI dans leur comparution historique devant la CIDH.