Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les MTR sont le type le plus fréquent d’accidents du travail au Canada. Une étude de Statistique Canada révèle que plus de deux millions de Canadiens (près de un sur 15) souffrent de microtraumatismes répétés suffisamment graves pour limiter leurs activités normales.  

Le 29 février sera la 13e Journée internationale de sensibilisation aux microtraumatismes répétés (MTR), aussi connus sous le nom de lésions attribuables au travail répétitif (LATR). Pour souligner cette date importante, le SCFP invite ses membres à lire le feuillet de renseignements et à réfléchir aux aspects qui, dans leur travail, pourraient provoquer des MTR.

Le SCFP fait depuis longtemps la promotion de la sensibilisation aux MTR et de leur prévention.  Notre feuillet de renseignements sur les MTR est parmi les ressources les plus populaires sur notre site Web et même sur tout l’Internet. (Ne nous croyez pas sur parole : entrez « lésions attribuables travail répétitif » dans Google et voyez ce qui sort!)

Vous voulez en savoir plus? Voici quelques données de base sur les MTR.

Qu’entend-on par MTR?

« Microtraumatismes répétés » (MTR) est une expression qui décrit une série de troubles douloureux et souvent invalidants qui affectent les tissus mous du corps : muscles, nerfs et tissus conjonctifs des articulations.  La douleur est le plus souvent ressentie au cou, au dos, aux épaules, aux bras et aux mains.  Contrairement aux blessures que l’on associe souvent au travail (comme une cheville foulée, une coupure ou une fracture, les microtraumatismes répétés se développent lentement au fil du temps.  Les causes les plus fréquentes des MTR sont le travail dans des positions inconfortables, les postures statiques, l’utilisation d’outils à vibration et une mauvaise conception du travail.

La sensibilisation est au cœur de la prévention

Les charges de travail croissantes dans le secteur public augmentent considérablement la possibilité que se développent des MTR. Les travailleurs doivent surveiller les symptômes et les employeurs doivent prendre au sérieux les facteurs reliés aux conditions de travail.

Il peut être difficile de détecter les symptômes des MTR, car ils se manifestent graduellement.  Les travailleurs doivent prendre conscience des changements qui affectent leur corps.  Si vous ressentez de la douleur, de la raideur dans les articulations et les muscles ou une sensation de fourmillement ou d’engourdissement, vous pourriez être en train de développer des MTR.  En plus des symptômes internes, il peut y avoir des signes externes, comme de la rougeur, de l’enflure, de la difficulté à bouger ou un changement dans couleur de la peau.

Pour empêcher ces blessures, nous devons éliminer le travail monotone, répétitif et stressant effectué à des cadences rapides et améliorer l’organisation et la gestion du travail. Les heures supplémentaires inutiles, le manque de dotation en personnel dû aux compressions et aux licenciements, le matériel inférieur aux normes et le manque de contrôle des travailleurs sont des problèmes qui doivent être abordés dans les milieux de travail.

Les lois sur la santé et la sécurité au travail obligent tous les employeurs à assurer la sécurité dans  les lieux de travail. Il existe aussi des lois spécifiques pour les MTR et d’autres problèmes d’ergonomie (fédéral, Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Québec et Terre-Neuve-et-Labrador).

Que pouvez-vous faire?

Au travail, agissez en signalant les dangers et en reconnaissant les MTR comme la maladie invalidante qu’ils sont. Passez le mot en distribuant notre fiche d’information, pensez à des tâches à votre lieu de travail qui pourraient entraîner des MTR.

Les membres des comités paritaires de santé et de sécurité au travail des sections locales peuvent travailler avec les délégués d’atelier afin de commencer à effectuer des inspections régulières des lieux de travail qui mettent au jour les dangers des MTR.

Voici quelques exemples de ce que vous et votre section locale pouvez faire pour mettre fin aux microtraumatismes répétés :

  • Évitez de poser les mêmes gestes répétitifs pendant une longue période.
  • Prenez toutes les pauses prévues ou négociées.
  • Reconnaissez que les extrêmes de température peuvent accroître le risque de MTR.
  • Signalez les risques de MTR à votre comité local de santé et de sécurité et à votre supérieur et demandez que des mesures soient prises pour régler les problèmes.
  • Signalez par écrit les malaises et douleurs que vous ressentez en faisant votre travail et faites-vous examiner par un médecin.
  • Déposez une demande d’indemnisation des accidents du travail.


Agissez maintenant pour empêcher de futures blessures!