Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le Conseil provincial du secteur des communications (CPSC) du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a déposé une plainte contre TVA au Conseil canadien des normes de radiotélévision (CCNR) sur l’application de son Code d’indépendance journalistique. La plainte concerne le regroupement des activités des journaux de la Corporation Sun Media dans les locaux des stations de télévision du Groupe TVA en région et dénonce la gestion conjointe du contenu journalistique des différents médias.

« Comme nous l’avons spécifié devant le CRTC au mois de décembre lors des audiences pour le renouvellement de licence, nos craintes à l’égard d’une réduction de la diversité des voix sont plus vives que jamais. En effet, à Trois-Rivières, le directeur de l’information de CHEM-TV est aussi l’éditeur des deux hebdos installés depuis peu dans les locaux de la station. Du côté de Sherbrooke, la directrice générale de CHLT-TV a été remplacée par la directrice unique du Journal de Sherbrooke et du Journal de Magog qui dirige désormais les trois médias », a expliqué Richard Labelle, président du CPSC.

Le respect du code d’indépendance journalistique est une condition de licence imposée par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour les stations généralistes de TVA. La plainte souligne que l’entreprise de radiodiffusion ne respecte pas le Code dont le libellé vise clairement à éviter que les directions de l’information de la télé et des journaux ne s’influencent mutuellement et, par ce fait, nuisent à la diversité de l’information offerte aux Québécois.  

« Malheureusement, cette situation expliquerait, entre autres, pourquoi les employés de CHEM-TV sont fréquemment appelés à produire des reportages sur les sujets à la une des hebdomadaires de Sun Media le jour de leur publication », a ajouté Richard Labelle. « Nous faisons face à des risques d’uniformisation de l’information et de réduction des effectifs dans ces régions. »

Le CPSC représente 7600 membres dans le secteur des communications, dont les travailleurs des stations de TVA à Montréal, Québec, Sherbrooke, Rimouski, Trois-Rivières.