Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTOLe rapport Drummond rendu public aujourd’hui, est un programme d’austérité qui tuera la reprise économique en Ontario, retardera l’équilibre budgétaire et poussera des milliers d’Ontariens de plus au chômage, affirme le président du plus important syndicat de l’Ontario.

« Si l’économie ontarienne est malade, alors ce rapport constitue un bien mauvais remède, dit Fred Hahn, Président de la Division de l’Ontario du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP Ontario). Lorsqu’une personne est malade, il faut essayer de la rétablir. L’approche préconisée par le rapport Drummond équivaut à la sortir de force du lit et à la frapper à coups de pied. »

Le premier ministre McGuinty a retenu les services de M. Drummond, un ancien économiste du secteur bancaire, afin qu’il se penche sur les façons de faire des compressions dans les services publics. Le rapport qui contient quelque 400 recommandations fait partie d’un ordre du jour d’austérité qui, s’il est mis en œuvre, donnera lieu à des coupes à blanc dans des services publics comme les services de garde, les soins de santé et l’éducation. La publication de ce rapport arrive après des mois de fuites contrôlées qui visaient clairement à préparer le public aux compressions voulues par le premier ministre McGuinty, notamment en raison du manque à gagner généré par les baisses de milliards de dollars de l’impôt des sociétés, dit M. Hahn.

« Ces baisses de l’impôt des sociétés n’ont pas contribué à créer des d’emplois. Elles n’ont fait que prendre de l’argent dans les poches des Ontariens moyens pour les déposer dans les poches des PDG, dit encore M. Hahn. Nous avons besoin de croissance économique et d’emplois, pas d’un autre Caterpillar. »

M. Hahn affirme que Dalton McGuinty se cache derrière le rapport Drummond exactement comme Rob Ford s’est caché derrière le rapport KPMG à Toronto et qu’éventuellement, cette stratégie s’avérera mauvaise pour lui aussi.

« Avoir recours à des rapports rédigés par des tierces parties pour justifier des compressions non nécessaires dans les services publics n’a pas réussi à berner les résidents de Toronto et la manœuvre ne réussira pas à berner les Ontariens non plus, dit M. Hahn. Dalton McGuinty doit faire preuve d’un véritable leadership. Le prochain budget devra être un plan de croissance économique capable de préserver les services publics en faisant appel à des mesures nécessaires de génération de revenus qui bénéficient de l’appui d’un grand nombre d’Ontariens. » 

Le mémoire déposé par le SCFP devant la Commission Drummond faisait état de nouvelles sources de revenu provenant de l’augmentation de l’impôt des banques et des grandes entreprises ou encore d’une augmentation de l’impôt des particuliers gagnant plus de 300 000 $ et 500 000 $ par année. Un récent sondage Angus-Reid a démontré que les Ontariens sont très majoritairement en faveur de telles mesures.

Le SCFP Ontario affirme que ses propositions de changements auraient pour effet d’augmenter les revenus de la province de 9 milliards par année, réduisant du même coup l’actuel déficit budgétaire de plus de 50 %.

« Au bout du compte, les seules recommandations du rapport Drummond dont les Ontariens doivent se préoccuper sont celles qui feront partie du prochain budget McGuinty, dit encore M. Hahn. Nous avons besoin d’un budget qui favorisera l’investissement dans l’emploi et la croissance, pas d’un budget qui privera des milliers d’Ontariens de leur emploi et qui détruira les services publics. »


Le SCFP Ontario est le plus important syndicat de la province. Il représente plus de 230 000 travailleurs de 5 secteurs principaux : les soins de santé, les municipalités, les conseils scolaires, les services sociaux et l’éducation postsecondaire.
  

Pour information :

Craig Saunders, Service des communications du SCFP, 416-576-7316