Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les travailleuses et travailleurs de première ligne de l’Université Queen’s ont non seulement évité un lock-out ou une grève qui auraient eu des répercussions sur les activités du campus, ils ont aussi obtenu des gains cruciaux en matière de retraite et réussi à réduire considérablement les changements au régime de retraite que tentait d’imposer l’employeur.

C’était la première fois que les trois sections locales du SCFP de Queen’s négociaient ensemble et l’employeur a surpris l’équipe en abordant l’enjeu du régime de retraite, ce qui ne s’était jamais vu à Queen’s. En effet, les discussions sur le régime de retraite des travailleuses et travailleurs de l’Université incluaient toujours les sept syndicats, dont les trois sections locales du SCFP.

L’Université voulait imposer des modifications au régime de retraite, comme une réduction des prestations et une hausse du taux de cotisation des participants, dans le cadre d’une offre qualifiée d’« indivisible » par l’employeur.

L’équipe de négociation du SCFP a contesté les chiffres avancés par l’employeur et, avec l’aide un actuaire, a pu élaborer une contre-proposition détaillée qui a permis d’importantes économies tout en évitant les pires compressions.

Le règlement prévoit également des clauses innovatrices qui enchâssent dans la convention collective l’obligation de négocier toute modification apportée aux prestations de retraite. Ces clauses étaient basées sur celles qui avaient négociées par la section locale 1334 du SCFP à l’Université de Guelph plus tôt au cours de l’année.

« Il ne fait aucun doute que pendant le processus, le SCFP s’est affirmé en tant que voix importante dans la défense des régimes de retraite », a souligné Kevin Skerrett, spécialiste des régimes de retraite au SCFP.

Bien que l’entente comporte certains compromis difficiles, ceux-ci ont été atténués et équilibrés par d’autres bonifications des clauses de la convention. Par exemple, la proposition originale prévoyait une pénalité accrue en cas de retraite anticipée, de deux à six pour cent, une proportion qui a été réduite à trois pour cent.

« La persévérance et la solidarité de nos trois sections locales ont beaucoup contribué à la conclusion de cette entente, a affirmé Donna Carlaw, conseillère syndicale du SCFP.  L’appui de nos membres, de la communauté universitaire et des collègues du personnel a aussi joué un rôle. »

À Queen’s, le SCFP représente le personnel des métiers et de l’entretien, du gardiennage et des sports, des résidences et des loisirs (section locale 229 du SCFP), les techniciens offrant les services aux laboratoires d’enseignement et de recherche de l’Université (section locale 254 du SCFP) et les bibliotechniciens (section locale 1302 du SCFP).