Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Partout en Colombie-Britannique, les collectivités refusent de mettre en œuvre des projets en PPP (partenariats public-privé) pour l’eau, mais cela n’empêche pas le gouvernement fédéral de faire la promotion de ces initiatives auprès des municipalités.

Une étude commandée dernièrement par PPP Canada recommande que les sociétés d’État amorcent une « campagne d’éducation publique » afin de « corriger » toute « perception négative dans l’espace public » au sujet des PPP pour l’eau.

Partenariats public-privé (PPP) Canada, créé en 2009, peut compter sur un fonds de 1,2 milliard de dollars pour promouvoir l’exploitation et le financement privés des infrastructures et services publics, en insistant particulièrement sur la promotion des projets de PPP auprès des municipalités. Un article d’opinion paru récemment dans le National Post indiquait que « PPP Canada est en train d’examiner deux douzaines de demandes concernant des projets d’eaux potables et usées ».

Le SCFP-C.-B. invite les collectivités à se joindre à la lutte pour garder l’eau publique. Dernièrement, les résidents d’Abbotsford ont refusé une subvention fédérale de 65,7 millions de dollars en votant « non » à un référendum tenu pour un projet en PPP à Stave Lake. La collectivité remet maintenant en question l’objectif de privatisation forcée du gouvernement fédéral, qui lie le financement d’une infrastructure vitale au mode PPP.

Voici ce que peut faire votre collectivité pour se joindre à la lutte en faveur de l’eau publique :

  • Étudiez les leçons apprises :Écoutez la discussion détaillée tenue à la radio Vancouver Co-op avec l’animateur Charles Boylan qui explique en détail la manière dont la campagne communautaire a réussi à rejeter le PPP de Stave Lake, à Abbotsford. Janet Chalmers et Lynn Perrin, porte-paroles de Mission et Abbotsford, participent à la discussion, ainsi que Diane Kalen-Sukra, coordonnatrice du comité Eaux aguets du SCFP-C.-B.
  • Signez la pétition :Contestez l’insuffisance du financement fédéral accordé aux projets d’infrastructure publique partout au Canada. La pétition demande au premier ministre Stephen Harper et au gouvernement fédéral de cesser de lier les PPP à l’obtention d’argent du seul fonds fédéral pour l’infrastructure présentement offert aux collectivités, l’impopulaire Fonds PPP Canada.
  • Organisez une activité communautaire :Communiquez avec le SCFP-C.-B. pour organiser une activité « Local et Public » dans votre collectivité et empêcher la privatisation de l’eau avant même qu’elle ne soit proposée. L’activité invite tant la population que les élus locaux à voir le documentaire européen « Water Makes Money » (Faire de l’argent comme de l’eau) qui explique les problèmes vécus par les villes européennes comme Munich et Paris avec leurs PPP en eaux potables et usées. Des activités réussies ont déjà été organisées à Abbotsford, Sooke et Maple Ridge. Communiquez avec Diane Kalen-Sukra, coordonnatrice du comité Eaux aguets du SCFP-C.-B, pour organiser une activité « Local et Public» dans votre collectivité.
  • Devenez une « collectivité bleue » :Cet automne, à leur congrès annuel, les élus municipaux de la Colombie-Britannique ont voté à une majorité écrasante en faveur d’une résolution sur les « collectivités bleues ». La résolution demande au gouvernement fédéral d’accorder du financement pour l’infrastructure publique de l’eau et de cesser de rendre cet argent conditionnel à la mise en œuvre de projets de PPP. Cliquez ici pour savoir comment votre collectivité peut devenir « bleue ».

Suivez la campagne Eaux aguets du SCFP-C.-B. sur Twitter @CUPEWaterWatch pour obtenir de l’information et des ressources sur la privatisation.