Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

À la veille de ce qui pourrait être la grève la plus importante au Royaume-Uni depuis la grève générale de 1926, le président national du SCFP, Paul Moist, et son secrétaire-trésorier national, Charles Fleury, ont envoyé ce fort message de solidarité à nos confrères et consœurs d’UNISON.

UNISON est le plus grand syndicat du R.-U. et une sœur du SCFP. Ses membres prévoient débrayer pour un jour, le 30 novembre, en opposition aux coupures dans les retraites du secteur public qu’envisage le gouvernement conservateur.

  

À nos consœurs et confrères d’UNISON,

Les 610 000 membres du SCFP vous accompagnent solidairement dans votre jour de manifestation. Votre geste fera savoir avec fermeté au gouvernement britannique que ses récentes attaques contre les travailleurs ne seront pas tolérées. Le SCFP appuie UNISON de tout le poids de ses membres.

Votre syndicat est à l’avant-garde d’une lutte aux ramifications mondiales. Partout dans le monde, les gouvernements tentent de faire porter le fardeau de l’équilibre budgétaire par les employés du secteur public et les citoyens qui en ont le moins les moyens. On coupe les services publics, on attaque nos retraites. Le gouvernement Cameron est injuste lorsqu’il propose d’augmenter les cotisations au régime de retraite, de réduire ses prestations, d’augmenter l’âge de la retraite et de prolonger le gel salarial pour un si grand nombre de vos membres. Les citoyens et les entreprises les plus riches continuent d’engranger des profits records, alors que le taux de chômage grimpe, que les emplois décents pour la classe moyenne s’évanouissent et qu’on décime les services publics dont les plus démunis ont besoin.

Comme nous l’avons vu au fil des derniers mois, la lutte pour l’égalité prend des proportions mondiales. Le mouvement Occupons a articulé d’une manière si limpide ce contre quoi nombre de militants syndicaux s’insurgent depuis longtemps. Les inégalités salariales s’accroissent, elles saccagent notre économie; c’est l’un des plus gros problèmes d’aujourd’hui. Sachez sans l’ombre d’un doute que, dans cette lutte, les efforts de votre syndicat revêtent une importance cruciale.

Nous admirons le courage de vos moyens de pression et nous vous remercions, au nom de nos membres, de mener ainsi la charge et de tenir tête à un gouvernement qui sert les intérêts des grandes sociétés et des nantis. Vous combattez pour les droits des travailleurs du monde entier. Nous sommes fiers d’être à vos côtés.

Nous vous prions d’accepter nos salutations solidaires.

Le président national,
PAUL MOIST

Le secrétaire-trésorier national,
CHARLES FLEURY