Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

BEAVER CREEK (C.-B.)– Les résidents de Beaver Creek ont choisi de garder leur eau publique. Ils ont vu peu d’intérêt dans le projet d’infrastructure en PPP qu’on leur proposait. Le 29 octobre, ils ont voté à 73 pour cent contre un coûteux projet de PPP. Ainsi leur district d’amélioration sera plutôt converti en zone de desserte régionale intégrée au district régional d’Alberni-Clayoquot (Alberni-Clayoquot Regional District ou ACRD).

« Cela fait des années que je ne peux plus faire confiance à l’eau du robinet », raconte la militante Susan Roth. Celle-ci a mené une petite campagne de surveillance acharnée intitulée Alberni Valley Water Watch, qui s’est conclue par une victoire retentissante. « Depuis 2004, nous recevons en moyenne quatre avis d’ébullition par année, dont certains durent jusqu’à un mois. En étant intégrée à l’ACRD, Beaver Creek aura droit à une mise à niveau de son réseau et à une eau de meilleure qualité. Tous les résidents sont gagnants. »

Cette régionalisation offrira des coûts d’investissement et des taux d’emprunt moindres, explique Mme Roth. Avec le PPP, le BCID aurait été prisonnier d’un contrat de 21 ans avec l’entrepreneur privé Corix, sans aucun des avantages de la régionalisation.

« En rejoignant l’ACRD, poursuit-elle, nous avons accès à des avantages qu’un PPP ne pouvait pas offrir. Nous aurons accès aux subventions gouvernementales; nous avons déjà un plan de remplacement complet du réseau pour ne pas avoir à faire face au même problème dans 20 ans. De plus, la solution régionale offre une meilleure réglementation en matière d’ouverture et de transparence. »

Un autre projet d’eau en PPP fera l’objet d’un référendum à Abbotsford le 19 novembre. Les résidents de cette municipalité se prononceront sur un contrat de 30 ans d’approvisionnement en eau potable en formule PPP avec un partenaire privé non divulgué.

« Les avantages d’un réseau public dépassent largement le coût élevé d’un PPP, affirme Lynn Perrin, porte-parole de Water Watch Mission-Abbotsford. Nous espérons qu’Abbotsford suivra l’exemple de Beaver Creek et votera non au référendum du 19 novembre. Ainsi, Abbotsford et Mission pourraient travailler ensemble à une solution régionale qui serait bénéfique aux deux municipalités. »
  

Pour en savoir plus, contactez :

Kathryn Sutton
Conseillère nationale aux communications du SCFP
 250-886-6502