Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Au deuxième jour du congrès national du SCFP à Vancouver, les délégués ont entendu des témoignages touchants expliquant que l’intimidation homophobe et transphobe cause du tort à tous – dans les écoles, au travail, au syndicat et dans la société. En réponse, une immense majorité des délégués au congrès ont adopté la résolution no 114, qui couvre aussi la résolution no 115, pour lutter contre le harcèlement et l’intimidation dans la société et au travail.

Les intervenants ont défendu la résolution contre l’intimidation qui demande au SCFP de :

  • soutenir et promouvoir la journée nationale contre l’intimidation du 13 avril, the Day of Pink;
  • développer, mettre à jour ou distribuer (selon le cas) aux membres du SCFP du matériel éducatif et promotionnel contre l’intimidation homophobe et transphobe dans les lieux de travail du SCFP;
  • développer des tirages promotionnels pour les marches de la Fierté sur le thème de l’intimidation homophobe et transphobe au travail;
  • soutenir la campagne Safe Schools d’Egale Canada (« Equality for Gays and Lesbians Everywhere »)

Fred Hahn, président ouvertement gay de la division du SCFP-Ontario, a incité les membres du SCFP à « lutter contre l’intimidation dans nos lieux de travail et dans nos collectivités » et à travailler ensemble pour améliorer la situation.