Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le plus grand syndicat du Canada ne doit pas s’isoler.  Il doit s’ouvrir aux autres Canadiens.  C’est ce message qu’a livré aujourd’hui Paul Moist, président national du Syndicat canadien de la fonction publique.

M. Moist s’adressait aux 2 500 délégués et invités du 25e congrès national du SCFP, tenu cette semaine au Palais des congrès de Vancouver. Le SCFP représente plus de 610 000 travailleuses et travailleurs de tout le pays, principalement dans les services publics comme les soins de santé, les municipalités, les services sociaux, les services de garde à l’enfance et les soins de longue durée.

« Nous nous réunissons cette semaine pour discuter, planifier, renforcer notre unité et dire la vérité au pouvoir, a déclaré M. Moist.  Nous sommes de fiers employés publics et nous avons la ferme intention de lutter pour défendre des services publics de qualité, les droits des syndicats et un monde meilleur pour tous les travailleurs et travailleuses. »

Le plus grand défi du SCFP et de l’ensemble du mouvement syndical, selon Paul Moist, c’est le gouvernement conservateur de Stephen Harper. M. Moist a cité l’exemple de la dernière intervention du gouvernement dans les négociations entre Air Canada et ses 6 800 agents de bord, membres du SCFP.

« Lisa Raitt, vous êtes censée être la ministre du Travail, pas la ministre des Employeurs, a précisé Paul Moist.  Les mesures que vous avez prises détruisent le droit à la libre négociation collective.  Elles sont plus qu’un signal; elles disent très nettement aux employeurs que le gouvernement est de leur côté. »

M. Moist a poursuivi en affirmant que les membres du SCFP ne se laisseront pas intimider par les conservateurs de Stephen Harper et que le syndicat doit travailler de concert avec d’autres Canadiens qui partagent ses buts et ses valeurs.

« Nous ne pouvons pas permettre à Stephen Harper de nous enfermer dans une boîte, de miser sur les craintes des Canadiens en nous traitant de classe privilégiée, de tenter de nous isoler, a soutenu Paul Moist.  Nous sommes des travailleuses et des travailleurs et notre sort, dans la vie, est lié à celui d’autres travailleuses et travailleurs, d’étudiants, de personnes pauvres et d’autres citoyens marginalisés.  Lorsque nous nous unissons à des citoyens qui partagent notre vision, nous sommes une force positive impossible à arrêter. »

Le congrès national du SCFP se poursuit jusqu’à vendredi.  Les conférenciers invités incluent notamment Stephen Lewis, professeur invité distingué de l’Université Ryerson, Nycole Turmel, chef intérimaire du NPD fédéral, et Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. On peut obtenir l’horaire complet des activités et de plus amples détails sur le congrès à scfp.ca/congres-national.


Pour en savoir plus :

Pierre Ducasse
Relations du SCFP avec les médias
613-852-1494
Salle des médias 216 / 778 331-7661