Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le PDG de Community Living BC (CLBC), Rick Mowles, a été renvoyé de son poste.

Le 14 octobre, CLBC a annoncé que M. Mowles avait été démis de ses fonctions. L’agence a nié que son geste soit le résultat d’une mauvaise presse, arguant plutôt que le conseil d’administration souhaitait trouver un directeur qui donnerait un nouveau souffle à l’organisme.

Ce congédiement survient après des mois de chaos au sein de l’agence et de pressions du NPD pour que le gouvernement provincial accepte d’aider les adultes ayant des déficiences développementales et leurs familles.

Une manifestation contre les coupes infligées à CLBC s’est tenue samedi. Les néo-démocrates s’étaient joints, à l’extérieur de la grande bibliothèque de Vancouver, aux familles et aux prestataires qui protestaient contre les coupes et la faiblesse du soutien dispensé par CLBC. Le chef de l’opposition, Adrian Dix, était sur place pour critiquer les mesures des libéraux qui ont entraîné tant de chaos au sein de l’organisme. Cliquez icipour regarder la vidéo de la manifestation tournée par Global.

M. Dix défend les familles britanno-colombiennes qui ont dû composer avec quatre ministres du développement social en un an, en plus du chaos qui sévit chez CLBC. Il reconnaît qu’il y a beaucoup plus de ressources dans le réseau jeunesse de CLBC et que les personnes ayant des déficiences développementales se retrouvent avec de graves problèmes lorsqu’elles atteignent l’âge de 19 ans. Le chef de l’opposition demande un examen indépendant de CLBC, ainsi qu’un moratoire sur la fermeture des foyers de groupe.

Lundi, Nicholas Simons, député de Powell River-Sunshine Coast et critique de l’opposition sur CLBC, a appuyé son chef et présenté en chambre une motion demandant que cessent les fermetures de foyers de groupe. En entrevue à la radio de la CBC hier après-midi, il a déclaré que ces fermetures n’étaient que « la pointe de l’iceberg » et qu’un moratoire ne serait qu’un premier pas vers l’éclaircissement du chaos régnant chez CLBC.

En stoppant ces fermetures, on croit pouvoir permettre la tenue d’une révision par un organisme indépendant, tout en empêchant des dommages irréversibles.

Depuis trois ans, on a fermé 65 foyers de groupe en C.-B., alors que la liste d’attente pour obtenir des services gouvernementaux comporte plus de 2 800 noms.

Community Living B.C. est l’agence gouvernementale qui défraie les services aux adultes ayant des déficiences. M. Mowles en était le président-directeur général depuis sa création en 2005. L’actuel vice-président, Doug Woollard, assurera l’intérim d’ici le choix d’un nouveau PDG.

Le SCFP représente 2 500 travailleurs dans les services sociaux et communautaires de la C.-B. Ceux-ci fournissent des services de garde aux familles; ils aident les enfants et les adultes ayant des déficiences développementales; ils contrent la violence familiale et sexuelle; ils donnent des cours sur le rôle parental; ils aident les immigrants et les réfugiés; ils donnent de la formation à l’emploi; ils offrent des services aux jeunes; ils coordonnent l’hébergement des aînés; enfin, ils aident les personnes ayant des problèmes mentaux ou de dépendance.