Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Consœurs et confrères,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous présenter mon quarantième et dernier rapport trimestriel.  À la veille de notre congrès national, le climat économique actuel nous pose des défis mais beaucoup de facteurs militent en notre faveur.

En 2011, l’un de nos plus grands défis financiers est demeuré le ratio de solvabilité du régime de retraite des employés du SCFP.  Bien que sa pérennité ne nous inquiète pas, l’évaluation actuarielle qui doit être déposée d’ici la fin du mois montre un ratio de solvabilité inférieur à 100 %.  Pour la première fois de l’histoire du SCFP, nous devons faire des paiements spéciaux en vertu des nouveaux règlements, en plus des coûts de services rendus au cours de l’exercice de près de 10 millions de dollars par année.  Tout cela aura des répercussions sur le budget de 2012.

En ce moment, 96 % du budget annuel de la Caisse nationale de défense pour les programmes à frais partagés est déjà alloué.  Certains pourraient considérer cela comme un problème financier, mais dans notre syndicat, nous le voyons comme une preuve du militantisme de nos membres qui ripostent aux attaques croissantes lancées contre les services publics et les travailleuses et travailleurs du secteur public.  Nous présenterons des demandes additionnelles à cette réunion du Conseil qui nous feront dépasser le budget tout en sachant qu’il nous reste encore une réunion avant la fin de l’exercice.

Je ne doute pas que les campagnes entreprises par nos sections locales et nos divisions soient absolument nécessaires.  La réalité, c’est que nous devons riposter, surtout dans la plus grande ville du Canada où un maire de droite a décidé de s’en prendre à nos membres sur tous les fronts.  La sensibilisation du public et la mobilisation de nos membres dans de nombreuses sections locales et des centaines de lieux de travail coûtent cher, mais cet argent est dépensé à bon escient.

Nous étudierons ces demandes en sachant que, tout compte fait, la situation financière de notre syndicat demeure saine.  L’actif total de notre Caisse générale se situait à 135,2 millions de dollars au 31 mars 2011.  Nous continuons à faire des progrès au chapitre de nos obligations en matière d’avantages sociaux futurs et l’argent de nos placements réservé à ces dépenses a crû légèrement au cours du deuxième trimestre.  Nous avons maintenant 47,3 millions de dollars inscrits dans notre Caisse générale.

En 2005, le Conseil exécutif national a approuvé un plan de placement des fonds autogénérés du SCFP, que nous appelons « la feuille de route ».  Nous avons ensuite revu nos politiques de placement.  Nos statuts sont clairs quant à ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire.  Depuis assez longtemps, les soldes de nos caisses sont solides.  Il est habituel de revoir ces politiques périodiquement et c’est ce que nous ferons au cours de la prochaine année.

 Je suis particulièrement fier de quitter mon poste en sachant que nous aurons accru notre capacité à survivre aux défis économiques et financiers qui se présenteront.  Nous avons de vrais actifs dans l’avoir de nos édifices.  La construction du nouveau bureau régional de l’Ontario à Markham va bon train.  Des plans sont en cours pour un nouvel édifice adjacent au bureau national à Ottawa.  Il est difficile de croire que nous avons si rapidement dépassé la capacité de notre tout nouveau bureau.  Le nouvel édifice logera le bureau d’Ottawa et nous donnera plus de place pour grandir.

Pendant que notre Conseil exécutif national se réunit, des campagnes électorales sont en cours dans plusieurs provinces et des élections municipales ont lieu en Colombie-Britannique.  Nous investissons comme jamais dans la mobilisation de nos membres afin qu’ils votent pour des partis et des candidats qui reconnaissent la valeur des services publics et des travailleuses et travailleurs qui les fournissent.  En outre, notre solidité financière nous a permis d’aider notre parti, le NPD, dans certaines provinces en garantissant des prêts pour financer ses campagnes. Avec de bons plans de campagne et beaucoup de travail, nous avons été en mesure de contribuer au succès des élections fédérales du printemps dernier.

J’ai terminé le présent rapport après le décès prématuré de Jack Layton.  Le rapport de Paul et d’autres examineront plus en détail l’héritage que nous a légué Jack Layton.  Je dirai tout simplement que notre pays n’est plus le même depuis cet été.

À l’interne, nous continuons à édifier nos capacités, tant parmi le personnel que chez les membres. La Direction du développement syndical s’efforce constamment d’offrir des programmes d’éducation aux membres et d’utiliser à leur plein potentiel les membres-animateurs qui offrent ces programmes.  De nouveaux cours ont aussi été élaborés pour la formation du personnel, qui aura plus facilement accès à l’information, aux formulaires et aux outils du SCFP grâce à notre département de la technologie qui poursuit son travail sur l’Intranet du SCFP.

L’édification des capacités s’applique aussi aux activités financières locales et au travail accompli par le département de la capitation pour éviter les retards et les paiements insuffisants ou excessifs.  Il est important que les sections locales déposent des rapports de syndics chaque année, avec copies à leur conseiller syndical.  C’est l’un des meilleurs moyens que nous ayons pour repérer les problèmes rapidement.

Respectueusement soumis par,


Le secrétaire-trésorier national,

CLAUDE GÉNÉREUX

Lisez le rapport complet