Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le mardi 13 septembre, le SCFP a organisé un rassemblement en appui au personnel de la Simon Fraser Student Society (SFSS), membres de la section locale 3338 du SCFP, en lock-out depuis le 10 juillet. Des centaines de personnes ont participé au rassemblement.

Des étudiants, des sympathisants et des membres du SCFP de partout des basses-terres continentales ont participé au rassemblement. Le président du SCFP-CB, Barry O’Neill, l’enseignant des SFU Labour Studies, John-Henry Harter, le député provincial NPD, Spencer Chandra-Herbert, et une employée de la SFSS, Nadine Chambers, ont pris la parole. Ils ont demandé au conseil d’administration de la SFSS de mettre fin au lock-out, de revenir à la table de négociations et de rétablir les services aux étudiants.

Dans ses commentaires, Barry O’Neill a lu une lettre de Paul Moist, président national du SCFP, adressée aux lock-outés. Dans sa lettre, Paul Moist écrit « les 608 000 membres du SCFP, de partout au Canada, vous appuient et vous accompagnent dans cette lutte. » Barry a réitéré ces commentaires et a souligné que les efforts du personnel pour l’obtention d’une convention collective juste étaient « justifiés et appropriés ».

Barry O’Neill a par la suite souligné que les tactiques utilisées par le conseil d’administration de la SFSS, y compris le président Jeff McCann et l’agent des relations internes, Jordan Kohn, étaient insultantes, irrespectueuses et divisaient les employés. La dernière offre qu’ils ont présentée au syndicat comprenait une réduction des salaires allant jusqu’à 40 pour cent, la diminution du nombre de postes permanents et l’opposition entre le personnel en place et les futurs employés qui gagneraient des salaires moindres. 

« N’allez surtout pas croire que nous allons laisser tomber les droits que nous avons obtenus lors des négociations collectives au fil des ans. Cela n’arrivera tout simplement pas. Le conseil doit cesser immédiatement de tenter de reprendre des acquis et commencer à offrir de meilleurs services aux étudiants, et non moins. »

Barry O’Neill a promis d’être là pour les membres de la section locale 3338 en lock-out. « Soyez forts. Nous serons là pour vous et nous gagnerons cette bataille, peu importe comment ou combien de temps cela prendra. »
  

  • Pour écouter les allocutions de Barry O’Neill et des autres orateurs présents au rassemblement, cliquez ici pour visionner la vidéo, gracieuseté de Working TV.
  • Photos du rassemblement.
  • Pour obtenir plus d’information à propos du lock-out et de connaître comment vous pouvez aider.